Le centre national de crise et le SPF Santé publique l'ont confirmé ce mercredi 20 mai : les chiffres continuent de montrer une amélioration quant à la propagation l'épidémie de coronavirus en Belgique.

Les experts se sont montrés positifs lors de la conférence de presse de ce mercredi. 192 cas ont été dénombrés aujourd'hui, "une tendance à la baisse que l'on connaît déjà depuis un certain temps", expliquait Yves Van Laethem

"Pour l'instant rien nous laisse penser que l'infection Covid-19 reprenne dans le pays après les premières mesures de déconfinement", a précisé le Professeur, bien qu'il soit encore tôt pour le confirmer. "Il faut attendre les tendances dans les 8 à 10 jours pour en être sur".


Le port du masque est toujours recommandé

Malgré les effets positifs du déconfinement, les scientifiques ont rappelé à ne pas relâcher la vigilance.

"Il semblerait que cette évolution positive nous donne des motivations pour respecter les mesures encore vigueur", a précisé Benoît Ramacker, en exposant les résultats d'une enquête de l'Université de Gant qui établit que la motivation augmente lorsque que l'on annonce de nouvelles adaptation des mesures de confinement.

"Cela va être essentiel dans l'avenir que l'on arrive à construire une motivation qui soit durable", encourage le porte parole du centre de crise. "Nous devons rester vigilant pour éviter toute résurgence du virus".

Pour cela, la population est invitée à maintenir le plus possible dans les semaines et mois à venir les gestes barrières et principes de bases déjà en place depuis le début de la crise sanitaire. A savoir, se laver régulièrement les mains, rester à la maison lorsque l'on est malade, respecter la distance physique entre des personnes, se couvrir le nez et la bouche dans l'espace public...

Le conseiller a bien insisté sur l'importance du respect de ces mesures pour construire "une société résiliente face au virus".


Phénomène allergique

Dans un autre temps, le professeur Van Laethem a tenu a faire un parallèle entre le Covid-19 et les épisodes allergiques liés au pollen, dont les symptômes peuvent recouper.

Le mois de mai marque l'apogée de la quantité d'allergène présent dans l'air. Yeux qui coulent, nez qui gratte, éternuements, difficulté à respirer, discrète fatigue en sont des symptômes de l'allergie mais ils ne sont manifesteront jamais de manière aussi forte qu'en cas d'infection au coronavirus. Il faut aussi savoir que les réactions allergiques se manifestent davantage à l'extérieur qu'à l'intérieur, contrairement au covid-19.

Les personnes sujettes à ces allergies sont invitées à redoubler de vigilance et se protéger les voies respiratoires. En effet, les éternuements et la toux constituent "une manière de propager potentiellement le virus si l'on est porteur asymptomatique". Mais "Il n'y a pas de lien entre le traitement des allergies au pollen et la sévérité des cas de Covid-19", a tenu à rassurer le porte-parole interfédéral Covid-19 Yves Van Laethem.

Si les personnes souffrants d'allergies ont tout de même un doute, elles sont invitées à consulter leur médecin traitant.