Ces diverses actions sont destinées à améliorer l'accueil, la protection et l'accompagnement des victimes, la prévention, la formation des acteurs de la prévention, de la sécurité, mais aussi de l'urbanisme et de la mobilité.

Le plan a fait l'objet d'une concertation avec le secteur associatif et notamment avec le Conseil bruxellois de l'égalité entre les femmes et les hommes. Celui-ci sera étroitement associé à l'évaluation promise à mi-parcours, dans deux ans, au sein de la commission de l'Égalité des chances et des Droits des femmes du parlement régional. Chaque ministre y exposera son bilan intermédiaire.

Toutes les mesures sont planifiées, budgétées et assorties d'indicateurs de suivi.

La Région bruxelloise n'est pas épargnée par le phénomène de la violence à l'égard des femmes. Selon une étude menée en 2016-2017 par equal.brussels, le service de l'égalité des chances de la Région-capitale, dans la capitale, plus de la moitié des femmes subissent au moins une forme de violence de la part de leur partenaire au cours de leur vie. Ce taux atteint 86% pour le harcèlement sexuel et 17% pour le harcèlement obsessionnel (stalking). Un tiers des victimes en subissent encore les conséquences actuellement, même lorsque les faits se sont produits des années auparavant.

Découvrez le plan officiel du gouvernement bruxellois