La task force vaccination présentera un plan mis à jour ce vendredi devant la commission Santé. Celui-ci sera d'ailleurs modifié à chaque fois que cela sera jugé nécessaire, ont-ils précisé.

"La task force vaccination a opté pour une approche consciencieuse et je pense que c'est défendable", a justifié Alexander De Croo, face aux reproches de lenteur formulés par l'opposition. "Les entreprises (pharmaceutiques) ont tout fait pour que ces vaccins soient sûrs. Et c'est tout à fait logique, lorsque l'on est le dernier maillon de la chaîne, de mettre en place des procédures à 100% sécurisées et consciencieuses. La précaution n'est pas opposée à la rapidité", a-t-il toutefois ajouté, alors que l'entreprise Pfizer a confirmé le calendrier des livraisons de vaccins d'ici la fin mars. "On peut monter en charge et administrer davantage de vaccins", a-t-il indiqué, rappelant l'objectif de vacciner 4 millions de personnes d'ici la fin mois de juin.

Face à cette disponibilité de vaccins plus importante, le gouvernement fédéral avait annoncé mardi avoir demandé à la task force vaccination de mettre à jour son plan. Celui-ci sera présenté ce vendredi en commission Santé. "Et nous lui avons demandé d'être prête en cas de livraisons supplémentaires."

"Le plan sera revu en permanence sur base des livraisons, des capacités de production, des autorisations de mise sur le marché et de l'évolution de nos connaissances", a renchéri Frank Vandenbroucke.

L'agence européenne des médicaments a donné mercredi son feu vert au vaccin développé par Moderna. "Notre pays recevra 2 millions de doses. Mais celles-ci n'arriveront pas aussi rapidement que celles de Pfizer, qui a de l'avance dans les schémas de livraison.