Le comité de concertation, rassemblant le fédéral et les entités fédérées, a tranché: les Belges qui reviennent de zones à risques devront se soumettre à des mesures strictes. Pour éviter un rebond épidémique, les autorités ont décidé de répartir les destinations européennes par couleur. Il y aura ainsi des zones rouges, orange et vertes. Pour ce qui est des régions arborant la couleur verte, aucune restriction n'a été retenue. Les Belges pourront donc y voyager sans encombre. En ce qui concerne les zones orange, la Belgique y déconseillera fortement les voyages. Les citoyens qui s'y rendront malgré tout seront invités à se soumettre à un test et à se placer en quarantaine. Enfin, les zones rouges sont, quant à elles, formellement interdites aux Belges. Ceux qui en reviendront devront obligatoirement se faire tester et se mettre en quarantaine.

Si la carte reprenant les différentes zones européennes n'a pas encore été communiquée, la Flandre a déjà fait savoir qu'elle ferait appliquer les recommandations concernant le retour des Belges de zones à risques à la lettre. Le Parlement flamand a ainsi approuvé mercredi la base décrétale prévoyant des amendes et même une prise de prison pour les flamands qui ne respecteraient pas la quarantaine imposée au retour d'une zone à risques. Sont prévues : des amendes de 26 à 500 euros (à multiplier à chaque fois, selon les majorations par 8) et même des peines de prison allant de huit jours à six mois. 

Interrogé par Het Laatste Nieuws. Wouter Beke a toutefois estimé qu'il sera difficile de veiller à ce que la quarantaine soit respectée. "Nous compterons énormément sur la responsabilité morale qui repose sur les voyageurs", a détaillé le ministre flamand.