Un ancien magistrat et un enquêteur ont rapporté que la Donation royale est intervenue, à l'époque, sans autorisation, dans une vieille affaire de corruption, écrit samedi De Tijd sur son site internet. En 1979, le Palais aurait demandé à l'enquêteur impliqué de libérer un suspect principal. Dans le cadre de l'enquête sur la Donation royale, "Immo Royal", menée par De Tijd, VRT NWS, Knack et Apache, le quotidien flamand rapporte samedi que la Donation royale a vendu, en 2004, des terrains de construction à La Panne dont les origines posent question.

Les journalistes d'investigation ont découvert que la Donation avait acquis le terrain le 17 juin 1974, acte réalisé par un notaire qui est devenu le premier suspect dans un scandale de corruption majeur en 1979, avant d'être condamné aux côtés de 12 personnes également jugées dans cette affaire.

Un magistrat haut placé, aujourd'hui retraité, a annoncé samedi dans les colonnes du Tijd qu'il était au courant qu'un commissaire de l'époque, en charge de l'enquête, avait été appelé par le Palais après l'arrestation du notaire. "A son bureau, il a reçu un appel choquant d'un très haut gradé du Palais demandant de faire immédiatement libérer le notaire", explique l'ancien magistrat. "Je n'ai jamais avoué cela, jusqu'à aujourd'hui, mais ça m'a hanté toute ma carrière car c'était une intervention non autorisée du plus haut niveau de notre pays." Un détective a également confirmé ces faits au Tijd.

La porte-parole du Palais royal, Rafike Yilmaz, a indiqué au quotidien "que le dossier était vieux de 40 ans, et non connu des collaborateurs actuels du Palais. Par conséquent, nous ne pouvons pas fournir d'informations complémentaires."