"Le virus a désormais à nouveau le vent en poupe, on ne peut plus faire comme si ce n’était pas le cas." L’infectiologue Erika Vlieghe a tiré la sonnette d’alarme, lundi, sur Radio 1, face à la remontée des contaminations au Covid-19 et à la hausse des hospitalisations.

Une nouvelle réunion du Conseil national de sécurité (CNS) doit se tenir la semaine prochaine, a priori le mercredi 23 septembre (date à confirmer), pour faire le point sur la situation sanitaire. Un comité de concertation réunissant les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées aura lieu en amont pour préparer la réunion.

Lors du dernier CNS, le 20 août, la Première ministre, Sophie Wilmès (MR), avait annoncé que les autorités voulaient passer d’une gestion de crise à une gestion de risques. L’idée est de mettre en place une sorte de mode d’emploi de la vie en société en temps de pandémie pour permettre aux gens de vivre et travailler aussi normalement que possible, tout en limitant la propagation du virus.

La Celeval à la manœuvre

Ce mode d’emploi édicterait des mesures sanitaires moins contraignantes que celles en vigueur aujourd’hui. Elles seraient davantage basées sur la responsabilisation des gens et elles seraient également plus stables, valables plusieurs mois. La cheffe du gouvernement avait chargé la Celeval de préparer le terrain.

La Celeval, dont l’infectiologue Erika Vlieghe est membre, est la Cellule d’évaluation qui conseille les autorités sur la gestion de la crise. Lundi, le résultat de ce travail n’était pas encore connu.

L’une des évolutions attendues concerne le principe des bulles de contacts rapprochés. Cette bulle est pour le moment fixée à cinq personnes de plus de 12 ans extérieures au foyer.

Certains politiques jugent que l’adhésion populaire à ce genre de mesures est devenue trop faible pour que celles-ci soient maintenues. Mais, avec la hausse des contaminations, il n’est pas sûr que le principe des bulles soit supprimé, nous dit-on dans un cabinet ministériel. D’ailleurs, pour la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block (Open VLD), les mesures existantes "doivent être maintenues, sans quoi nous ne parviendrons pas à maîtriser le virus", a-t-elle déclaré lundi.

Un autre dossier important sur la table du prochain CNS est le sort réservé au secteur de l’événementiel. Un protocole devra être défini pour lui permettre de redémarrer ses activités. Enfin, l’obligation du port du masque à l’école pourrait être réévaluée.