Quelque seize mois de négociations pour aboutir à la mise en place du gouvernement De Croo, le 1er octobre 2020. “Il a fallu patiemment faire un long chemin afin de réunir différentes visions sociétales autour d’un projet commun”, a euphémisé le Roi, jeudi matin, à l’occasion de ses vœux aux autorités du pays.

La cérémonie s’est déroulée, comme d’habitude, au Palais de Bruxelles, mais sans public, dans le respect des mesures sanitaires en vigueur. Les autorités (politiques, judiciaires, militaires, académiques, etc.) étaient invitées à suivre à distance le discours du chef de l’État et, en prélude, celui du Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD).

Philippe ne s’est pas attardé sur la situation politique. “Aujourd’hui une équipe solide est en place et nous ne pouvons que nous en réjouir”, a-t-il simplement commenté. Sans surprise, son discours était essentiellement consacré à la pandémie de coronavirus et à ses conséquences sur notre société.

Le “rôle crucial” de la Belgique dans la vaccination

Satisfecit à la Belgique, d’abord. Le Roi a souligné le “rôle crucial” joué par notre pays dans le cadre de la vaccination contre le Covid-19, tant en matière de recherche que de production. “Ceci n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat d’une vision et d’une stratégie à long terme”, s’est-il félicité. “C’est aussi le résultat de la coopération remarquable entre autorités et universités, entre le secteur public et l’industrie. […] Le monde entier nous regarde et compte sur nous.”

Après avoir posé un constat sur le présent, le Roi a livré - comme toujours, dans ses prises de parole publiques - un message d’espoir pour l’avenir. “Les réalisations exceptionnelles de la science médicale peuvent nous servir de modèle pour réussir sur d’autres fronts”, a-t-il scandé. La priorité, selon lui : les défis socio-économiques. “Si nous parvenons à bien les gérer, ils peuvent créer de nouvelles opportunités.”

Une pensée pour les séniors

Puis, il a énuméré : enseignement et formation, esprit d’entreprise, climat, mobilité, sécurité énergétique… “Je sais que ces sujets sont au cœur de votre travail pour construire le succès de la Belgique de demain”, a-t-il dit à l’adresse des autorités du pays.

“Pour y arriver, nous avons besoin de valoriser tout le potentiel des habitants de notre pays et les talents de chacun.” Il est de coutume, lorsqu’il parle des talents que recèle le pays, que Philippe mette en valeur la jeunesse et redise toute la confiance qu’il a en elle. C’est l’une des antiennes de ses discours. Cette fois-ci, il a plutôt eu une pensée pour les séniors, particulièrement touchés par la crise sanitaire. Il a ainsi demandé “d’impliquer davantage les seniors dans nos projets et de faire appel à leurs expériences.”

La priorité climatique

Le Roi a terminé son discours en posant un regard sur les défis internationaux. Au niveau sanitaire bien sûr, ou face au Brexit, mais plus encore en ce qui concerne le “changement climatique et (le) déclin de la biodiversité” – un point devenu central dans ses discours. “Sur notre planète, tout se tient dans un équilibre précaire et fragile. Des efforts collectifs et soutenus dans une stratégie à long terme peuvent renverser la vapeur. Les succès obtenus dans la lutte contre la pandémie actuelle prouvent que nous en sommes capables. […] Transformons ces défis en opportunités”, a-t-il conclu.

Voici le discours du Roi dans son entièreté

Monsieur le Premier ministre,

Je vous remercie, ainsi qu’au nom de la Reine, pour vos vœux chaleureux.

Mesdames et Messieurs,

Depuis près de quatre mois maintenant, le pays est géré au niveau fédéral par un gouvernement de plein exercice. Ce gouvernement est l’aboutissement de notre processus démocratique. Il a fallu patiemment faire un long chemin afin de réunir différentes visions sociétales autour d'un projet commun. Aujourd’hui une équipe solide est en place et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Mesdames et Messieurs,

Des interlocuteurs étrangers me remercient et me félicitent pour le rôle crucial que la Belgique joue dans la lutte contre la pandémie du coronavirus. C’est avec fierté que je vous relaie ces félicitations et remerciements, qui s’adressent à l’ensemble des autorités et du pays.

En effet, notre pays est aujourd’hui au centre des opérations de vaccinations un peu partout dans le monde, grâce à sa contribution au développement, à la production et à la distribution de vaccins contre le coronavirus. Ceci n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat d’une vision et d’une stratégie à long terme. C’est aussi le résultat de la coopération remarquable entre autorités et universités, entre le secteur public et l’industrie. Nous pouvons en être fiers. C’est aussi une grande responsabilité. Le monde entier nous regarde et compte sur nous.

Mesdames et Messieurs,

Les réalisations exceptionnelles de la science médicale peuvent nous servir de modèle pour réussir sur d’autres fronts.

Je pense en premier lieu aux énormes défis socio-économiques pour notre pays et qui ont été exacerbés par la pandémie. Si nous parvenons à bien les gérer, ils peuvent créer de nouvelles opportunités. Ces nouvelles opportunités sont nécessaires de toute urgence, pour nous tous, mais en particulier pour nos jeunes qui aspirent à des perspectives d’avenir.

Et cela demande de faire des choix audacieux pour accélérer la création d'emplois et d'entreprises, et pour renforcer l'inclusion sociale.

Mesdames et messieurs,

Investir dans un enseignement de pointe et dans la formation continuée et en alternance ; stimuler l'esprit d’entreprise ; libérer des fonds publics au profit du climat, de la mobilité, et de la sécurité énergétique – je sais que ces sujets sont au cœur de votre travail, pour construire le succès de la Belgique de demain.

Pour y arriver, nous avons besoin de valoriser tout le potentiel des habitants de notre pays et les talents de chacun. Ceci requiert d’impliquer davantage les seniors dans nos projets et de faire appel à leurs expériences. Ceci requiert aussi une réelle égalité des chances, notamment sur le marché de l’emploi où trop souvent encore sévit la discrimination. L’Etat a le devoir d’assurer la sécurité juridique pour tous, en fixant le cadre normatif et en veillant à son application, dans le respect mutuel de ce qui nous différencie.

Mesdames et Messieurs,

Ce début d’année 2021 nous réserve aussi de grands changements au niveau international. Il y a la nécessité d’une collaboration internationale renforcée pour faire face à la pandémie. Mais je pense aussi au Brexit et à ses conséquences et au changement de pouvoir aux Etats-Unis.

2021 sera également une année importante de réflexion et d’échanges internationaux au sujet du changement climatique et du déclin de la biodiversité. Sur notre planète, tout se tient dans un équilibre précaire et fragile. Des efforts collectifs et soutenus dans une stratégie à long terme peuvent renverser la vapeur. Les succès obtenus dans la lutte contre la pandémie actuelle prouvent que nous en sommes capables. Je suis convaincu que dans ce domaine également, notre pays apportera une contribution importante, dans le cadre d’un effort commun au niveau européen.

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Je suis conscient de la complexité des défis auxquels vous êtes confrontés et de la responsabilité qui repose sur vous. Transformons ces défis en opportunités. C’est ainsi que nous réussirons à maintenir la confiance de nos concitoyens en leurs institutions que vous représentez - confiance qui constitue le fondement de notre société démocratique.

Mesdames et Messieurs,

La Reine et moi vous souhaitons, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, une bonne et heureuse année – et, sur le plan professionnel, beaucoup d’inspiration, de courage et de persévérance.