Les travailleurs du secteur se sentent trop peu, voire pas, reconnus dans la tâche qu'ils remplissent depuis le début de la crise sanitaire, n'ayant pas obtenu de prime pour l'ensemble des sous-secteurs de l'Enfance.

Ils regrettent également l'insuffisance des moyens prévus pour la réforme des milieux d'accueil et reprochent à la Fédération Wallonie-Bruxelles de ne pas encore avoir débloqué de budget pour un accord non-marchand qui permettrait une revalorisation barémique structurelle.

Au terme du récent conclave budgétaire, le secteur qui avait déjà manifesté son mécontentement le 1er avril a obtenu quelques avancées, notamment l'octroi d'écochèques aux milieux d'accueil, aux Services d'Accueil Spécialisés de la Petite Enfance (SASPE), à SOS enfants et à l'aide à la jeunesse. Par contre, l'accueil extra-scolaire et les services de promotion de la santé à l'école ne bénéficient pas de cette reconnaissance, ce que le secteur regrette.

Le secteur attend aussi que soit garanti le passage au statut de salarié de toutes les accueillantes conventionnées d'ici 2025. En SASPE, les syndicats demandent plus de personnel.

En outre, si 20 millions seront octroyés à l'horizon 2025 à un accord social pour le non-marchand, cette somme est loin des 120 millions demandés par le front commun syndical.

Mercredi, de nombreux milieux d'accueil sont fermés ou ont adapté leurs horaires. "Une cinquantaine sont en grève", explique Yves Hellendorf (CNE), "et énormément d'autres ont adapté leurs services. On ne veut pas mettre les parents dans l'embarras, ils sont nos alliés dans cette campagne". Laquelle vise aussi à garantir un accueil de qualité pour les enfants.

Des actions ont aussi lieu sur le terrain mercredi, notamment devant le siège de la FWB à Bruxelles, ou encore à Namur et à Liège. A Bruxelles, place Surlet de Chokier, une délégation de manifestants allait être reçue en fin de matinée par des représentants gouvernementaux, précise Nilufer Polat (CGSLB). A Liège, les crèches de la ville, sauf une, sont fermées, ainsi que certaines maisons d'accueil privées.

"Nous nous attendons à ce qu'une réunion soit organisée en début de semaine prochaine avec des représentants du gouvernement et qu'on puisse au moins ouvrir des négociations", dit encore Yves Hellendorf.

"Nous remettons une couche aujourd'hui, nous avons déjà beaucoup réclamé", précise pour sa part Eric Dubois (CGSLB). "Quelques bonnes nouvelles sont sorties du conclave, notamment les écochèques pour certains, mais nous demandons aussi un budget conséquent afin d'avoir des perspectives barémiques plus attrayantes".