Il en profite pour demander que le personnel du secteur soit vacciné sans tarder. A partir du 8 mars, il sera possible de se réunir à 50 personnes lors de funérailles ou d'un enterrement, à condition de prévoir un espace de 10 mètres carrés par personne. Jusqu'ici, les funérailles ne pouvaient accueillir que 15 personnes.

"Ce sont d'excellentes nouvelles que le nombre soit porté à 50 à partir de la semaine prochaine. Les familles étaient trop souvent confrontées à des choix déchirants", souligne-t-on chez Funebra, la Fédération royale du secteur funéraire belge. "Les coiffeurs et les métiers de contact pouvaient déjà rouvrir mais dire adieu à quelqu'un, on ne le fait qu'une fois. Si vous ne pouvez y être, c'est extrêmement difficile".

Les règles mises en place par l'arrêté ministériel du 26 janvier n'étaient en outre pas suffisamment claires aux yeux du secteur.

Par ailleurs, le secteur funéraire demande une vaccination prioritaire de son personnel et que celui-ci soit traité comme un groupe à risques. "Ce n'est pas logique que nous devions aller chercher des corps dans des unités Covid et que nous ne recevions pas de vaccin", déplore-t-on encore à la Funebra. "En Wallonie, il a été décidé que les entrepreneurs de pompes funèbres passeront avec le secteur des soins, mais en Flandre et à Bruxelles, il n'en est pas question".