Tardivement, certes, mais c’est finalement tombé. Les ministres de la Santé du pays se sont accordés pour revoir quelque peu la stratégie de vaccination du pays, à l’issue de la conférence interministérielle réunie ce mercredi. Cette réunion, très attendue, devait répondre à la grande question du moment : comment améliorer l’administration des vaccins en Belgique pour la rendre plus rapide et plus efficace, tout en parvenant à convaincre la population ?

Une nouvelle phase dès cette semaine

Sans grande surprise, les ministres de la Santé ont suivi l’avis du Conseil supérieur de la santé (CSS) rendu mardi et ont officiellement autorisé l’administration des doses du vaccin AstraZeneca aux plus de 55 ans, sans limite d’âge.

Cette décision permettra une accélération de la vaccination, promettent les autorités. La phase de vaccination des plus âgés commencera donc dès cette fin de semaine, avec un accent mis sur les plus âgés. Elle concerne près de 2,2 millions de Belges. Les convocations, électroniques et en version papier, devraient être envoyées dès ce jeudi. "L’objectif est le même : il faut protéger ceux qui sont les plus vulnérables. Et ce sont notamment les personnes âgées. La phase de leur vaccination commence maintenant", indiquait le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (SP.A), à nos collègues de la RTBF, à l’issue de la conférence.

Une décision temporaire pour Pfizer

Concernant le vaccin Pfizer, il a été décidé de maintenir le délai de 21 jours entre les deux injections. Prudence donc de la part des ministres de la Santé, alors que le CSS avait indiqué que le délai pouvait être allongé jusqu’à 35 jours. Une position partagée par la task-force. Mais avant de modifier ce délai, les autorités vont demander un avis complémentaire à l’Agence européenne des médicaments, ainsi qu’une analyse juridique pour s’assurer de la validité de la décision. La priorité est donnée à l’évacuation progressive des stocks-tampons de ce vaccin, peut-on lire dans le communiqué.

La task-force souligne également que le critère de la santé continue de prévaloir, coupant court à la demande du ministre bruxellois Alain Maron (Écolo) de tenir davantage compte du critère de l’âge.