Néanmoins, selon celui-ci, il est peu probable que le variant indien devienne dominant dans notre pays, contrairement au variant britannique. En plus du groupe d'infirmiers indiens et des personnes de la maison de repos de Borsbeek, 19 autres cas d'infection par le variant indien ont été détectés dans notre pays. Ces cas ont été décelés lors d'un contrôle ponctuel effectué à l'Institut Rega de la KU Leuven. "En Belgique, cinq à dix pour cent des cas positifs font l'objet d'une enquête hebdomadaire", précise Piet Maes. "Dix-neuf cas, c'est donc très peu".

Le virologue ne pense donc pas que le variant indien deviendra dominant à court terme. "Le variant britannique, qui représente actuellement 87 à 88% de toutes les infections, s'est répandu largement grâce à de nombreuses sources différentes. Ce n'est le cas d'aucun des autres variants, et il y a peu de chances que cela se produise avec le variant indien. Des clusters sont susceptibles d'apparaître, mais ils sont plus faciles à contenir."

Le fait qu'un résident de la maison de retraite de Borsbeek soit décédé du variant indien alors qu'il avait été vacciné n'inquiète pas Piet Maes. "Nous savons que le vaccin ne protège pas à 100% contre l'infection, mais qu'il protège très bien contre les formes graves de la maladie. Les personnes qui ont été vaccinées et qui sont contaminés présentent presque toujours des symptômes assez légers. Il est possible que l'âge avancé et d'éventuels problèmes sous-jacents aient joué un rôle dans le décès", conclut le virologue.