Au lendemain de la première étape du déconfinement , les experts sont revenus sur la crise sanitaire dans notre pays.

Yves Van Laethem a débuté en revenant sur les derniers chiffres. Si nous ne semblons pas nous diriger vers une troisième vague, nous nous trouvons toujours sur un plateau avec une certaine stagnation. La semaine dernière, nous avons comptabilisé 2.336 nouveaux cas de coronavirus, soit une baisse de 3% par rapport à la semaine précédente, avec moins 4% en Flandre et en Wallonie, mais une augmentation de 3% à Bruxelles. Les nouvelles contaminations sont plus importantes dans les provinces du Limbourg (+10%) et de Namur (+18%). Ces augmentations sont d'autant plus significatives pour les enfants de moins de dix ans, chez qui les contaminations augmentent de 10%.

Du côté des hospitalisations, en moyenne, on en compte 147 nouvelles par jour au cours de la dernière semaine écoulée. Cela représente une diminution marginale, mais importante, de 1%. Actuellement, 1.998 patients sont hospitalisés (+3%) et 440 patients sont en soins intensifs (+7%). Au niveau des décès, ces derniers sont en légère augmentation avec 26 nouveaux décès par jour (+12%). Rien d'étonnant suite au récent pic de contaminations. Notons que les décès continuent de diminuer dans les maisons de repos. L'augmentation du taux de mortalité concerne donc principalement la population active, principalement non-vaccinée.

La vaccination se poursuit

Depuis février, on constate en Belgique une augmentation du taux de mortalité chez les personnes de plus de 65 ans ne résidant pas dans des maisons de repos et de soins, ce qui n'était pas le cas auparavant. Il faut donc assurer au plus vite une protection vaccinale à ces personnes. "Ainsi, rappelons que le vaccin AstraZeneca doit également être employé et qu'il a largement prouvé son efficacité après une première injection", a expliqué Yves Van Laethem. La Belgique est donc actuellement en possession de trois vaccins: le Pfizer, le Moderna, l'AstraZeneca et bientôt le Johnson&Johnson. Selon l'expert, on devra attendre quelques semaines avant de pouvoir constater des effets visibles dans le taux de mortalité chez les plus de 65 ans.


>> À lire également: Non, les mutualités ne livreront pas les données médicales pour la vaccination

"Un message pour tous ceux qui doutent encore du vaccin. Ils se sont montrés efficaces, ils nous permettent de ne pas être hospitalisés. Il est vrai qu'il peut y avoir quelques petits effets secondaires, mais dans la majorité des cas, ces effets sont légers et transitoires", a insisté Yves Van Laethem. Un moindre mal comparé à ce que le virus peut nous apporter de négatif, a surenchéri l'expert. Notons que la solution pour éviter au maximum les effets secondaires serait de prendre du paracétamol avant l'injection. "Le virus ne va pas disparaître tout d'un coup et il va continuer à se déplacer en se modifiant durant les mois et les années à venir. Ceux qui ne sont pas vaccinés doivent donc s'attendre à faire l'infection à un moment donné", a-t-il poursuivi.


Le télétravail est toujours à privilégier

"C'est grâce aux personnes qui font du télétravail que les commerces peuvent ouvrir et que l'on a des perspectives pour d'autres secteurs dans les mois à venir", a ensuite souhaité rappeler Yves Van Laethem. Il reste donc une condition de base pour permettre un certain relâchement et envisager un déconfinement plus effectif. Néanmoins, on constate que les déplacements sont en train d'augmenter à nouveau. En moyenne, 20% de la population travaille depuis son domicile, alors que ce chiffre s'élevait à 25% avant les vacances de carnaval. La majorité des clusters (36%) sont détectés sur le lieu de travail (36%), suivi par les écoles (31%) et enfin dans les maisons de repos (12%). Si on regarde la totalité des infections, 23% d'entres elles sont contractées dans le foyer familial, 8% au travail, 8% à cause des contacts avec la famille et les amis, et 5% dans le cadre d'activités pour les adolescents et les enfants. "Nous devons donc continuer à serrer les dents". Au-delà du travail, nous restons en moyenne 10% en plus que dans une situation normale à notre domicile.


Pour conclure, Sabine Stordeur, co-responsable de la task force vaccination, a pris la parole. Elle a ainsi expliqué qu'à ce jour un million de doses du vaccin ont été administrées en Belgique. Avec près de 650.000 personnes vaccinées, nous entrons donc dans une nouvelle phase et cela devrait permettre d'augmenter la protection globale de la population. Actuellement, 0,13% du personnel hospitalier a été détecté positif au coronavirus après avoir reçu la deuxième dose du vaccin Pfizer. Cela équivaut à 360 cas sur près de 280.000 personnes, un taux très faible donc. Le taux est tout aussi faible pour les vaccins Moderna et AstraZeneca. Le vaccin prouve donc son efficacité et démontre qu'un retour à la vie normale est possible et qu'il est à portée de main. "Répondez positivement à votre invitation de vaccination si vous l'avez reçue", a conclu Sabine Stordeur.