Afin d'aider les services de la santé et de l'emploi qui relèvent de ses compétences, le gouvernement wallon a défini, mardi, les modalités d'affectation et de liquidation de l'enveloppe exceptionnelle de 115 millions d'euros qui leur a été octroyée. Les aides seront directement payées aux opérateurs dès le début du mois d'avril et durant toute la première quinzaine.

Ces aides financières, qui s'ajoutent au budget de 1 million déjà décidé pour le secteur de l'action sociale, seront réparties entre les services de santé, du handicap, de la formation, de l'insertion socio-professionnelle et de l'économie sociale.

Elles prendront notamment la forme d'interventions financières extraordinaires pour les hôpitaux, les maisons de repos et le secteur du handicap qui seront soutenus par le gouvernement durant 3 mois.

Dans le détail, une enveloppe globale de 56,55 millions pour 3 mois, payable mensuellement, a été octroyée aux hôpitaux en première ligne dans la gestion de la crise sanitaire. Cette aide exceptionnelle se déclinera en 3.500 euros trimestriels, par lit agréé pour l'ensemble des hôpitaux régionaux, hors hôpitaux académiques (Fédération Wallonie-Bruxelles) et 1.000 euros par lit agréé pour les hôpitaux psychiatriques.

Ce montant permettra essentiellement de compenser des coûts engendrés par l'achat de matériel complémentaire, la désinfection des unités de triage des patients ou encore l'ouverture d'unités d'hospitalisation séparées.

Les maisons de repos, elles, bénéficieront d'une aide totale de près de 12,5 millions d'euros pour 3 mois, ce qui représente une aide exceptionnelle de 250 euros trimestriels, par lit pour, l'ensemble des 602 maisons de repos et de soins que compte la Wallonie.

Quant au secteur du handicap, il recevra une aide de 4,668 millions d'euros pour 3 mois, destinée notamment à couvrir les surcoûts engendrés par la gestion de la crise sanitaire.

Parallèlement, un montant forfaitaire de 5.000 euros sera également accordé aux structures qui sont impactées par la chute des recettes provenant de la diminution de la quote-part financière des bénéficiaires de leurs prestations. C'est le cas notamment des services d'aides aux familles, des services de santé mentale, d'aide et de soins spécialisés en assuétudes, des services de la Promotion de la santé ou encore des centres d'accueil de jour pour personnes âgées ou en situation de handicap. Le total de ces aides forfaitaires s'élève à plus de 6 millions d'euros.

Enfin, dans le domaine de l'emploi et de la formation, les entreprises de travail adapté (ETA), les entreprises de titres-services, les centres d'insertion socioprofessionnelle, les entreprises d'insertion ou encore les ressourceries auront également droit à cette aide financière forfaitaire qui sera liquidée aux différentes opérateurs durant la première quinzaine du mois d'avril par les administrations de tutelle.

"Nous devons faire en sorte qu'avec ce soutien, ce filet social, nous puissions contribuer à absorber en partie les conséquences de cette crise, anticiper aussi pour que demain, ces secteurs continuent pleinement leur rôle de service à la personne", a commenté la ministre wallonne de l'Action sociale, Christie Morreale.