Depuis ce mardi, les autotests sont disponibles dans toutes les pharmacies belges. Ont-ils un grand rôle à jouer dans la stratégie de déconfinement en Belgique? Certains ministres avaient en tout cas émis par le passé l'idée que les autotests puissent accélérer la réouverture de certains secteurs, comme l'Horeca. Mi-mars, David Clarinval, le ministre des Indépendants, évoquait l'idée que "les clients fassent l'autotest chez eux avant de se rendre au restaurant". "S'il est vert, ils pourront entrer dans l'établissement", expliquait-il, tout en précisant à l'époque que le sujet devait encore être débattu.

Des semaines plus tard, il semblerait que les autotests ne soient pas en mesure de bouleverser le cours de l'épidémie. Interrogé par Het Laaste Nieuws, le professeur Herman Goossens (UAntwerpen) a indiqué que les auto-tests n'étaient pas le graal. "Je n'utiliserais jamais un autotest comme billet d'entrée pour assister à des événements ou voyager". Un avis qui, selon lui, est partagé "unanimement" par le groupe de travail. "Si les vacances au ski dépendent d'un auto-test négatif, alors je pense qu'il est un peu dangereux de continuer là-dessus. Si l'admission au concert des Rolling Stones pour lequel vous avez payé 200 euros dépend d'un auto-test négatif, alors ce n'est peut-être pas la bonne indication."

Un gage de confiance

Frank Vandenbroucke, le ministre de la Santé, semble partager cet avis. "Nous ne considérons pas les autotests comme un ticket d'entrée pour certaines activités", expliquait-il, tout en affirmant que ces tests pourraient quand même améliorer la sensation de sécurité des Belges. "Un restaurateur pourrait afficher clairement, en le promettant sur l'honneur, qu'il utilise régulièrement des autotests sur lui-même et son personnel. Cela pourrait être un gage de confiance pour le client."

"Le but de ces auto-tests est de permettre aux gens de prendre des précautions supplémentaires, en plus des gestes barrières et des mesures sanitaires en place", a récemment appuyé Carole Schirvel, la commissaire Corona adjointe. "C'est un outil supplémentaire, qui ne remplace pas les autres."

Pour l'instant, la seule utilité des autotests est donc de se rassurer ou de rassurer son entourage. Pour rappel, les autotests sont en effet moins fiables que les tests PCR classiques. Ils ont toutefois le mérite de livrer des résultats plus rapidement, et de pouvoir être réalisés seul, sans l'intervention d'un membre du personnel soignant. Si leur utilité peut donc sembler relative, ils ne sont pas sans intérêt. Alexander De Croo les voyait d'ailleurs il y a un mois comme "essentiels". Comme l'explique le professeur Herman Goossens, "ils pourront être utiles temporairement pour garder le virus sous contrôle et rendre un certain nombre de choses possibles". Lesquelles? Affaire à suivre...