Des centres de vaccination seront mis en place à cette fin dans dix prisons, a indiqué jeudi l'administration pénitentiaire. Lors d'une conférence interministérielle lundi, les différents ministres de la Santé ont donné leur feu vert à la vaccination prioritaire du personnel pénitentiaire et des détenus les plus vulnérables. Le personnel sera ainsi inclus dans la phase 1b - la vaccination des personnes âgées de plus de 65 ans et des patients à haut risque - qui est en cours de déploiement.

Pour mettre en œuvre cette campagne, des centres de vaccination seront mis en place dans dix prisons différentes, selon Kathleen Van De Vijver, porte-parole de l'administration pénitentiaire. Il existe cinq centres en Flandre (Bruges, Gand, Hasselt, Louvain et Merksplas) et cinq en Wallonie (Lantin, Andenne, Ittre, Marche-en-Famenne et Leuze-en-Hainaut).

Les premiers vaccins seront administrés dans les centres de vaccination des prisons de Bruges et de Lantin à partir du mardi 4 mai. Les vaccinations dans les autres établissements commenceront plus tard.

Les détenus âgés de plus de 65 ans ou présentant des troubles sous-jacents seront également vaccinés dans les semaines à venir. Cela se fera avec des équipes mobiles et aucun détenu ne devra quitter la prison.

Mme Van De Vijver indique que l'administration pénitentiaire a déjà présenté le plan de vaccination aux syndicats mercredi après-midi. La semaine dernière, les syndicats pénitentiaires avaient appelé à la grève pour exiger que les gardiens et les détenus soient vaccinés en priorité.