Selon les derniers chiffres publiés par Sciensano, entre le 1er et le 7 septembre, la moyenne des contaminations a augmenté de 22% par rapport à la période de sept jours précédente. Elle s'élève maintenant à 547,4 nouveaux cas quotidiens. Les hospitalisations connaissent une légère augmentation (+3,9%) tandis que le nombre moyen de décès, lui, diminue (-1,1%).

Steven Van Gucht, président du Comité scientifique de Sciensano, a détaillé les chiffres, précisant qu'on notait une "petite accélération de l'augmentation" du nombre de nouveaux cas de coronavirus en Belgique.

Le Dr Yves Van Laethem a ensuite pris la parole et a tenté d'expliquer cette augmentation. "Elle correspond au retour des vacances, à la rentrée scolaire et au fait que les gens sont revenus davantage travailler dans leur entreprise. Actuellement, la valeur du taux de reproduction est de 1,25. C'est une modeste augmentation, mais c'est une augmentation. Il est important de rester vigilant pour que ce chiffre ne s'emballe pas."


Le porte-parole interfédéral dans la lutte contre le coronavirus se veut toutefois rassurant par rapport au nombre de tests effectués. "Le taux de positivité est heureusement stable, de l'ordre de 2,7% des tests. Cela signifie que nous n'avons donc pas une explosion de la présence du virus dans la société. Nous diagnostiquons simplement plus de cas en faisant plus de tests."


Yves Van Laethem ajoute que cette augmentation des cas concerne essentiellement des jeunes, peu hospitalisés mais cela veut dire que pour ces tranches de la population, "un certain nombre des mesures ne sont clairement pas prises. Il faut faire attention à présent que cette augmentation chez les jeunes ne se transposent pas chez les personnes plus fragiles. Il faut donc prendre toutes les précautions que l'on connaît, à savoir la distance et le port du masque."

Des différences par régions

L'expert a alors tenu à souligner les différences en fonction des régions de notre territoire. "Sur le plan régional cette fois, on a de nettes différences entre l'ouest et l'est. Les plus fortes hausses sont présentes dans les parties de l'ouest du pays. Essentiellemnt en Flandre occidentale mais également dans deux provinces wallonnes comme le Hainaut et le Brabant wallon. A l'est, on constate une stabilisation voire même une diminution du nombre de cas." En nombre absolu, Yves Van Laethem précise que Bruxelles-Capitale reste en tête, avec malheureusement une augmentation de 20% par rapport à la semaine précédente. "Cette région est celle qui pratique le plus grand nombre de tests", nuance le spécialiste, qui précise quand même que le taux de positivité par rapport aux tests effecués est le double par rapport au niveau national. "On est de l'ordre de 5%, ce qui dénote et prouve qu'il y a quand même une circulation plus importante du virus dans cette région qu'ailleurs". A Anvers, l'augmentation est de l'ordre de 30% par rapport à la semaine précédente.


Prudence lors de vos sorties culturelles ou sportives

Antoine Iseux, porte-parole du centre de crise, a salué la reprise des événements culturels et sportifs. Il a mis en exergue les efforts fournis par les différents organismes pour pouvoir à nouveau accueillir les citoyens. Il rappelle cependant à ceux-ci d'être vigilants et de bien respecter les règles.