Dans une lettre intitulée “Une espérance à donner”, les évêques de Belgique encouragent les paroisses à relever les défis de demain.

C’est à la fois un bilan d’étape et un “briefing d’avant match” qu’ont partagé ce lundi, par lettre et vidéo, les évêques de Belgique.

“Les semaines que nous venons de vivre ont été historiques. À beaucoup d’égards, elles furent aussi éprouvantes”, ont-ils ainsi souligné en préambule de leur message, assurant chacun de leur proximité, et remerciant tous ceux qui ont posé des “gestes de solidarité”. “Pour les chrétiens, ont-ils poursuivi, l’impossibilité de vivre les sacrements et de se retrouver en communauté a constitué une véritable épreuve. […] Loin de nous immobiliser, ce temps de confinement nous a aussi permis de faire preuve d’une créativité nouvelle. [Tant de] baptisés se sont levés, se sont mis ensemble, ont pris des initiatives. Parfois de façon très humble, dans l’urgence, vous avez inventé de nouvelles manières de faire Église. Nous [en] avons été touchés.”

Voilà que demain pointe déjà le jour

Si ce message était donc l’occasion d’adresser un merci sincère, il était aussi rédigé vers l’avenir et ses défis, dans un souci de combiner les deux dimensions (l’union à Dieu et la fraternité) qui structurent la foi chrétienne. “Nous vous encourageons à demeurer en éveil. Ensemble, continuons à rendre nos communautés plus belles parce que plus fraternelles, plus sensibles aux blessures de chacun et aux soifs de ce monde. Continuons de soigner nos célébrations pour qu’elles soient sources d’intériorité et d’engagement. Voilà que demain pointe déjà le jour. Le monde d’après sera-t-il différent du monde d’hier ? Là où il se trouve, chacun a en tout cas le pouvoir de le rendre meilleur. L’épreuve nous a d’ailleurs permis d’identifier quelques défis majeurs pour notre temps. […] Sur aucune de ces questions, nous n’avons de formule magique. Mais nous pouvons puiser dans notre foi et nos partages communautaires des ressources […]. Nous invitons les communautés chrétiennes à s’engager, d’un même élan, dans le cœur de Dieu et au cœur du monde.”

Derrière ces lignes intitulées “Une espérance à offrir”, se dessine un souhait pour les paroisses que portent les évêques et que la pandémie a rendu plus urgent : qu’elles soient des “hôpitaux de campagne” secourables à qui se tourne vers elles – pour reprendre une expression du pape. Renouveler en ce sens la vie paroissiale, c’est notamment ce à quoi vient d’inviter Mgr Warin, évêque de Namur, dans une lettre publiée la semaine dernière et intitulée “Avance en eau profonde”.