Vendredi soir, le Comité de concertation fut un coup dur pour les croyants. Sans dialogue préalable avec les représentants des différents cultes, il décida de poursuivre la suspension des célébrations publiques jusqu'au 15 janvier, effaçant notamment la messe de Noël de l'agenda des catholiques.

Cette décision, et le fait que le Comité de concertation évoqua Noël dans ses dimensions commerciales, mais non dans ses dimensions religieuses, blessa de nombreux croyants.

Ce mardi, les évêques de Belgique ont tenu à réagir par le biais d'un communiqué.

"Les évêques expriment à nouveau leur solidarité par rapport aux mesures du Gouvernement pour contrer la pandémie, éviter un maximum de victimes et soulager la pression sur notre système de santé", y écrit Tommy Scholtes, porte-parole des évêques. "Les évêques tout comme de nombreux croyants, ressentent toutefois ce lockdown des célébrations religieuses publiques dans les églises, comme une limitation au vécu de leur foi." Ils souhaitent pour cela "reprendre le dialogue avec les services gouvernementaux compétents pour se concerter sur la reprise des célébrations religieuses publiques, reprise encadrée de protocoles qui garantissent une sécurité maximale."

Pour une ouverture maximale des églises

Par ailleurs, "les Évêques réitèrent leur appel aux responsables des paroisses pour une ouverture maximale des églises durant le lockdown. Les croyants y seront les bienvenus, seuls ou entourés de leur bulle familiale, pour une prière individuelle, un moment de réflexion ou de contemplation, pour allumer une bougie ou offrir un don pour les plus démunis. Ils demandent également aux responsables des paroisses de permettre une visite de la crèche dans l'église, les jours de Noël, ce dans le respect des mesures de protection contre le Covid-19. Et en particulier, d’être solidaires vis-à-vis de ceux qui traversent une période particulièrement difficile, suite à la crise actuelle." "Même en lockdown, restons en communion", insistent les évêques en conclusion.