Faudra-t-il, à partir du 9 juin, faire appel aux services d’un traiteur pour organiser une fête dans son jardin ou ces garden-parties seront-elles autorisées sans qu’une organisation spécifique soit imposée ? La question fait débat suite aux propos tenus par Jan Jambon (N-VA) ces derniers jours.

Le ministre-Président flamand a en effet déclaré, dimanche dernier, que des modalités spécifiques seront nécessaires pour permettre des rassemblements de 50 personnes dans le jardin. Parmi ces règles : faire appel à un traiteur si l’on dépasse les dix personnes, avec la mise en place des règles valables pour l’Horeca (comme la distance entre les tables).

Sauf que, mardi soir, Jan Jambon a affirmé qu’il serait bien possible d’organiser des fêtes et événements dans les jardins, avec ou sans traiteur.

Des propos qui ont fait réagir, surtout en Flandre, où la voix de l’infectiologue Erika Vlieghe s’est fait entendre, mais aussi celle du président du CD&V, Joachim Coens, qui pointe des déclarations "floues" de Jan Jambon.

Le détail dans un futur arrêté ministériel

Le président des socialistes flamands, Conner Rousseau, et la présidente de Groen, Meyrem Almaci, se sont joints aux critiques. L’écologiste flamande (dans l’opposition en Flandre) a expliqué à Belga que "cette communication est symptomatique de la manière dont le gouvernement flamand aborde cette crise". Et d’ajouter : "Beaucoup de personnes n’ont pas de jardin, et certainement pas un jardin pour 50 personnes. Qu’a-t-on comme image de la société, si on pense que tout le monde peut organiser des fêtes avec 50 personnes au jardin ?"

Le Premier ministre, Alexander De Croo (Open VLD), a précisé à Belga que le gouvernement fédéral communiquera sur les règles quand la ministre de l’Intérieur aura pu détailler tout cela dans un arrêté ministériel. "[Mardi] nous avons établi avec les différents gouvernements un règlement permettant d’accueillir 50 personnes au jardin, en tenant compte bien sûr des autres règles. On fera en sorte que cela soit d’application au 9 juin, et nous le communiquerons."