Entre le 23 février et le 1er mars, 2.358,7 nouvelles contaminations ont été dépistées en moyenne par jour, en hausse d'à peine 2% par rapport à la semaine précédente. Elles sont moins nombreuses dans tout le pays, à l'exception des provinces d'Anvers, du Hainaut et de la Région de Bruxelles-Capitale.

Un peu plus de la moitié des contaminations (51%) sont désormais dues au variant britannique, tandis que les autres variants circulent très peu en Belgique (4,4% des contaminations sont attribuées au variant sud-africain et 1,9% au variant brésilien). Le taux de positivité des tests reste stable à 6,5%.

Le pic des contaminations aurait été atteint le jeudi 25 février..La baisse attendue des contaminations devrait avoir un impact sept à 10 jours plus tard sur les hospitalisations. Celles-ci étaient en moyenne de 156 par jour entre le 26 février et le 4 mars. Jeudi, 1.906 patients étaient encore hospitalisés, dont 426 aux soins intensifs.

Les décès sont, eux, toujours bien en baisse. Ils étaient en moyenne au nombre de 26 par jour. Ils baissent "de façon drastique" chez les plus de 85 ans mais augmentent légèrement chez les personnes n'atteignant pas cet âge. L'effet de la vaccination dans les maisons de repos se fait sentir et la situation y est bien plus confortable, relève Yves Van Laethem. Les résidents ne représentent plus que 3,7% des hospitalisations.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 569.985 personnes ont reçu une première dose de vaccin, soit près de 5% de la population, et 330.973 ont reçu les deux doses (2,88%).