Bouffée d'air pour les prestataires de mariages, qui réclamaient un allègement des mesures : les fêtes de mariage sont enfin à nouveau autorisées, sans limite de capacité d'accueil.

Sophie Wilmès a toutefois fait la distinction entre les événements organisés à titre privé et les événements organisés par des professionnels. Pour les premiers, la règle des 10 personnes maximum, enfants non compris, reste en vigueur.

Par contre, pour les "événements organisés de manière professionnelle comme les fêtes, les réceptions de mariage par exemple, là il faut suivre les règles de l'Horeca", annonce la Première ministre. C'est-à-dire qu'il n'y plus de limite maximum quant au nombre d'invités. Les protocoles sanitaires devront toutefois être respectés à la lettre.

En revanche, rien de nouveau pour le secteur de la nuit. "Tout ce qui est soirée dansante n'est pas encore permis", précise Mme Wilmès. De même pour les événements publics où la limite des 200 personnes à l'intérieur et 400 personnes à l'extérieur, reste inchangée.

"Cela redonne de l'espoir"

"Nous sommes très heureux que notre secteur gagne la confiance du gouvernement", déclare Cynthia De Clercq, porte-parole de HL Belgique, une organisation qui représente certains prestataires de mariage. "Nous appelons maintenant chacun à respecter rigoureusement les mesures qui nous sont imposées par le gouvernement."

La fédération se montre compréhensive par rapport à l'exception des soirées dansantes, qui demeurent interdites. "Nous comprenons que les soirées dansantes ne peuvent pas avoir lieu à ce stade", réagit Cynthia De Clercq. "Mais il est très important que les couples qui veulent se marier aient maintenant la possibilité de le faire. Ils peuvent commencer à planifier et n'ont pas besoin de reporter leur fête plus longtemps. Cela crée des perspectives, de l'espoir pour le futur proche."