L'enquête montre que la crise du Covid-19 affecte considérablement les soignants, sur les plans personnel, professionnel et physique.

La gravité des réactions psychiques et physiques chez les soignants est toujours très élevée après le pic de la deuxième vague de l'épidémie, alerte Sciensano, qui demande que ces professionnels disposent d'une aide appropriée et accessible.

Plus de la moitié des répondants rapportent en effet un sentiment de fatigue (56% contre 38% habituellement) et être sous pression (51% contre 34% en temps normal). Quatre soignants sur dix manquent de sommeil, contre un sur quatre d'habitude. Quelque 46% ne peuvent pas se détendre suffisamment, pour 27% en temps normal.

Les soignants sont beaucoup plus nombreux à se plaindre de symptômes liés à un stress aigu, comme l'hypervigilance (38%, contre 24%) et l'anxiété (27%, contre 12%).

Un quart des soignants se sentent isolés au travail, contre 13% en temps normal. Le sentiment d'incertitude au sein de son équipe passe en outre de 7% à 16% avec la crise.

Les problèmes physiques en rapport avec un stress chronique sont eux aussi plus présents, s'alarme Sciensano. Près de 40% des soignants présentent des douleurs musculaires et articulaires (21% en temps normal), 30% de maux de tête (12% d'habitude) et 21% des problèmes d'estomac (11% en temps normal).

Seuls 27% des professionnels de soin et d'aide disent avoir partagé leurs pensées et émotions avec leur chef, alors qu'à peine 15% ont eu recours à un soutien professionnel.

Les différentes régions du pays sont concernées, tout comme différents secteurs de soins tels que les hôpitaux, les maisons de repos, la première ligne et le secteur du bien-être. Du 8 au 15 décembre 2020, 3.027 professionnels de la santé et 113 aidants proches ont participé à l'enquête.