Dès dimanche, chaque famille pourra accueillir jusqu'à 4 personnes, toujours les mêmes.

Lors du dernier Conseil National de Sécurité le 24 avril, Sophie Wilmès avait annoncé que la reprise des relations familiales pouvait être envisagée à partir du 18 mai prochain. Une décision qui n'avait pas fait que des heureux, après la fuite du premier brouillon du GEES quelques jours plus tôt. Lequel préconisait des retrouvailles familiales dès le 4 mai. Ecolo avait rapidement sauté sur la balle, affirmant qu'on faisait passer "l'économie avant l'humain".

Ce mercredi donc, le CNS a mis de l'eau dans son vin, comme l'a reconnu Sophie Wilmès. "Les phases successives de déconfinement ont suscité chez certains un profond désarroi. Le fait d'avoir ouvert le champ des relations sociales à une deuxième personne n'a pas suffi à apaiser de nombreux concitoyens pour qui l'éloignement physique de ceux qu'on aime est devenu insupportable dans certains cas. Nous devons pouvoir l'entendre."

Dès ce dimanche 10 mai, jour de la Fête des Mères, chaque famille (c'est-à-dire des personnes qui vivent sous le même toit) pourra désormais accueillir jusqu'à 4 personnes, toujours les mêmes, dans son foyer. Ces personnes ne pourront se rendre que dans cette famille. Autre précision apportée: il n'y a pas de limite de distance à parcourir pour rendre visite à cette famille.

"Il est important qu'on respecte la distance de sécurité. Si vous disposez d'une terrasse ou d'un jardin, voyez-vous à l'extérieur", souligne Sophie Wilmès. La Première ministre insiste aussi sur le fait que les visites ne doivent pas se faire si l'une des personnes est malade. Une attention particulière doit aussi être portée aux personnes plus âgées et fragiles.

"Ce système facilite en outre le traçage de contacts si l'une de ces personnes s'avère positive au Covid-19", a-t-elle encore précisé.

"Cette solution ne remplace pas le bonheur de serrer ceux qu'on aime dans ses bras. Mais cela permet d'aller dans la bonne direction. Nous resterons très attentifs à ce besoin fondamental de continuer à voir ceux qu'on aime. Le respect de ces règles est essentiel si on veut éviter la recrudescence de l'épidémie. Nous comptons sur votre civisme et votre sens de responsabilité, sans lesquels le déconfinement ne pourra pas fonctionner."

"Un petit-enfant compte pour une personne"

A l'issue de la conférence de presse, la ministre fédérale de l'Emploi Nathalie Muylle a précisé au micro de la VRT que les grands-parents pourront voir leurs petits-enfants car ils comptent parmi les quatre personnes qu'on pourra à nouveau fréquenter dès ce dimanche

Les petits-enfants ne compteront donc pas "au-delà" des quatre personnes autorisées mais ils seront les bienvenus dès dimanche chez leurs grands-parents. "Nous percevions une très grande nécessité de contacts sociaux. Nous avons donc choisi de les cultiver à nouveau. Nous avons trouvé important de faire déjà ce premier pas sans attendre que d'autre étapes soient possibles", a encore dit la ministre Muylle.