Les 80.000 premières doses du vaccin du groupe pharmaceutique britannico-suédois seront livrées à la Belgique ce week-end et seront administrées dès la semaine prochaine, a affirmé samedi à l'agence Belga le président de la task force vaccination, Dirk Ramaekers. Ce troisième vaccin est le troisième autorisé en Belgique pour la vaccination contre le Covid-19, après celui des laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech et celui de la société de biotechnologie américaine Moderna.

La première livraison de ce vaccin approuvé le 2 février par l'Agence européenne des médicaments (EMA) interviendra ce week-end, à raison de 80.000 doses, a précisé M. Ramaekers, expliquant que chaque flacon contient dix doses.

"Nous allons l'administrer dès que possible. Il s'agit d'un nouveau vaccin, donc une nouvelle procédure est en cours de développement. Les premières injections sont prêtes pour la semaine prochaine. Nous vaccinerons en régime à partir de la mi-février", a-t-il ajouté.

Selon le président de la task force vaccination, seules les deux premières livraisons ont été définitivement confirmées par AstraZeneca.

Au total, la Belgique attend l'arrivée dans les prochains jours de 443.000 doses du vaccin d'AstraZeneca, qui permettront d'entamer dès la mi-février la vaccination contre le Covid-19 de plusieurs groupes.

En vertu d'un avis émis par le Conseil supérieur de la Santé (CSS),le vaccin sera dans un premier temps réservé aux personnes âgées de 18 à 55 ans. La task force vaccination a avalisé cet avis et décidé que le vaccin sera en priorité administré aux professionnels de la santé dans cette tranche d'âge - ce qui représente environ 200.000 personnes - , aux résidents et au personnel des autres institutions de soins collectifs (centres de revalidation, institutions psychiatriques et abritant des personnes avec un handicap), aux groupes à risque présentant des comorbidités par ordre d'âge décroissant, à l'exception de personnes souffrant de troubles immunitaires (soit entre 500.000 et un million de personnes en fonction de comorbidités définies par le CSS), et aux personnes occupant des "fonctions critiques" - comme les unités d'intervention sur le terrain de la police et éventuellement les militaires avant un départ en mission.

Les plus de 65 ans seront pour leur part vaccinés en priorité avec les deux autres vaccins disponibles - celui développé par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech et celui de la société de biotechnologie américaine Moderna -, a précisé Mme Stordeur.

Le professeur Dogné, qui dirige le département de pharmacie de l'Université de Namur, a pour sa part souligné que le vaccin d'AstraZeneca s'était révélé, en se fondant sur des "études robustes", "très efficace".

Il doit être administré en deux doses espacées de quatre à douze semaines. "On a constaté que plus on espace la seconde dose, plus l'efficacité clinique est démontrée", a-t-il déclaré. Cette efficacité "tend vers les 80%" quand la seconde dose est injectée après douze semaines, a-t-il ajouté.

Après trois semaines, la première dose produit déjà une efficacité de "certainement plus de 60%", a poursuivi le professeur Dogné.

Et contrairement à ce qui est prévu avec les deux autres vaccins, il n'est pas question de stocker la moitié des doses de celui d'AstraZeneca pour une seconde injection, a indiqué le directeur de la task force vaccination, Dirk Ramaekers. Il espère que le groupe anglo-suédoise fournira suffisamment de doses pour mener à bien la suite de la campagne de vaccination, même si le chiffre de 443.000 doses est inférieur aux attentes. "Mais AstraZeneca ne parvient pas à livrer plus", a-t-il déploré, ce qui contraint la task force à faire preuve de prudence pour la suite de la planification au delà des mois de février et mars qui pourrait évoluer "en fonction des livraisons".