Sur VTM Nieuws, l'expert Marc Van Ranst a donné son avis sur la situation actuelle. Et il a plaidé pour un lockdown court mais très strict pour la population. “Un confinement avec les mêmes règles qu’au printemps dernier serait un moyen d’intervenir très rapidement. Si vous convenez de rouvrir les écoles et l’horeca après les vacances de Pâques, les gens seront d’accord”, a-t-il affirmé chez nos confrères.

Selon le virologue, nous vivons actuellement “une légère alerte rouge”. La question est de savoir si elle est synonyme d'une troisième vague? "Les médecins généralistes ont indiqué qu’ils avaient beaucoup plus de travail. Ils ont le même sentiment que lors du début de la deuxième vague. Pour passer du niveau actuel au pic de la deuxième vague, trois semaines avaient été nécessaires. Ce sera donc un Comité de concertation important.”

Le changement est radical entre le dernier comité de concertation et la situation actuelle. L'assouplissement des mesures a-t-il joué un rôle dans la recrudescence de l'épidémie? Pour Marc Van Ranst ce n'est pas le cas. “L’effet de ces mesures n’est pas si mauvais", a-t-il souligné, avant de revenir sur la communication du gouvernement. "Cependant, certains politiciens ont également commencé à plaider pour la réouverture des terrasses plus tôt que prévu. Si cela donne à la population l’idée que le moment difficile est presque terminé, alors on se retrouve dans une situation dangereuse.”

Selon lui, la Belgique n'a pas le choix: le gouvernement doit agir pour éviter une troisième vague importante. “Il n’est pas nécessaire d’attendre la semaine prochaine, car il sera alors trop tard. Beaucoup de choses dépendront également des chiffres de ce vendredi.” Dès lors, que faire lorsque l'on sait que les chiffres n'ont pas diminué ce vendredi? L'expert prend l'exemple d'un autre pays européen. "Vous pouvez faire comme en Italie et tout refermer pendant une courte période. Si vous concluez un accord selon lequel les écoles et le secteur de la restauration rouvriront après les vacances de Pâques, les gens suivront. C’est ce que je préconise personnellement, mais la réalité politique ne rend pas les choses faciles. Je le comprends très bien.”

D'autres pistes doivent également être étudiées selon lui comme fixer le début du couvre-feu dès 21h ainsi que la fermeture des magasins non-essentiels.