Le célèbre virologue n'est pas favorable à l'idée de rouvrir les frontières aux non-Européens.

Ce mardi, le Conseil de l'Union européenne a publié une liste de 14 pays pour lesquels il recommande aux Etats membres de l'UE (et de la zone Schengen) de rouvrir, à partir du 1er juillet, les frontières extérieures. Le célèbre virologue Marc Van Ranst est revenu sur cette décision pour Het Laatste Nieuws. Selon lui, ce choix est prématuré, voire dangereux. "C’est un fait que les virologues ne sont pas enchantés par l’ouverture des frontières européennes. C’est un danger. De plus, la situation peut changer en un jour dans chaque pays. C’est un système qu’il faut suivre au quotidien. Il n’y a pas non plus de garantie : il peut y avoir une forte recrudescence dès demain dans un pays considéré sûr, ce qui conduirait à soudain devoir interdire à nouveau l’accès à l’Europe à ces touristes." Marc Van Ranst va encore un peu plus loin dans son explication. "De plus, on ne peut pas se fier à la situation sanitaire globale d’un pays, mais il faut raisonner par région. Quel est le risque en termes de virologie de la région précise d’où viennent ces personnes ? C’est encore plus vrai dans les pays qui ont une grande surperficie : il faut analyser l’origine des gens région par région."

Pour expliquer le danger que représentent ces réouvertures, le virologue met l'accent sur le début de la pandémie. "Les contaminations se sont produites de la même manière après les vacances au ski. Maintenant, tout le monde trouverait bien normal de ne pas laisser ces skieurs rentrer en Belgique, ou du moins de les placer en quarantaine." Pour appliquer cette 'quatorzaine', les politiques vont devoir faire des choix cornéliens: "C’est pour cela qu’il faut prendre une décision maintenant concernant les voyageurs non-Européens. Une décision difficile, c’est vrai, parce qu’en pratique, la quarantaine est une mesure très lourde à appliquer."

Pas impossible de partir en vacances non plus...

S'il déconseille aux vacanciers de partir hors de l'Europe, Marc Van Ranst a tenu à rassurer ceux qui désirent absolument quitter le sol belge. Toujours pour HLN, il a expliqué qu'il était possible de partir avec sa famille ou plusieurs amis. "Lorsque vous faites cela, toutes ces personnes entreront dans votre bulle, qui peut actuellement contenir jusqu’à 15 personnes. La règle d’or est toujours : limiter le nombre de contacts. Cela s’applique aux personnes avec lesquelles vous partez en vacances et aux personnes avec lesquelles vous entrez en contact à destination." Il a également tenu à souligner que tant que les règles d’hygiène étaient respectées aux buffets et dans les piscines des hôtels, les voyageurs n'auraient pas d'inquiétude à avoir. "Lorsque cela se produit dans les conditions les plus hygiéniques, il n’y a rien à craindre. Même si nous savons que dans certains cas, les infections gastro-intestinales sont transférées vers de tels buffets mais nous ne devrions pas dépasser ce risque. Il n’y a pas plus de danger dans l’eau." Le virologue a également ajouté: " Nous devons réaliser que le virus est toujours là. Nous devons nous amuser cet été, mais nous devons continuer à prendre en compte le virus."

Pour conclure, Marc Van Ranst en a dit un peu plus à propos de ses vacances personnelles. "En ce qui me concerne, vous ne me verrez pas dans un avion cet été en tout cas. Je trouve le risque bien trop grand. Et je ne voyagerai sûrement pas en dehors de l’Europe ! L’excursion ultime pour moi cet été, ce sera peut-être le parc Efteling, aux Pays-Bas. Mon point de vue personnel ? Restez chez vous..."