Les internautes de La Libre avaient le choix entre 26 noms pour désigner la personnalité belge qui s'est démarquée cette année (parfois malgré elle). Ils sont 15.864 à avoir participé à ce vote entre le 14 et le 28 décembre. Marius Gilbert arrive en 2e position. Portrait.

Comme nombre d'experts de la santé, Marius Gilbert s'est révélé au grand public cette année. Responsable du laboratoire d’épidémiologie spatiale de l'ULB, il participe activement à la recherche scientifique contre le coronavirus depuis le début de la pandémie. Rapidement considéré comme la voix du sage, cet ancien chercheur invité de l'Université d'Oxford parvient à parler clairement aux Belges, en les informant sans détour, sans fausses promesses, en les rassurant quand c'est possible, et non sans laisser transparaître une certaine émotion, parfois.

L'épidémiologiste a endossé deux rôles officiels auprès des autorités politiques. Tout d'abord, en tant que membre du GEES, le groupe d'experts qui ont élaboré la stratégie de déconfinement après la première vague. Ensuite en rejoignant la Celeval, la Cellule d'évaluation chargée d'aider les décideurs dans leurs choix.

Le professionnel de la santé a finalement décidé fin septembre de revenir à son métier et à sa vocation première : la recherche. "Mon investissement dans la Celeval est devenu incompatible avec mon travail académique, expliquait-il à Paris Match. A l'université, je dirige une équipe et, par la force des évènements, cela faisait des mois que je ne le faisais plus bien. J'ai des doctorants à encadrer, des cours à donner. C'est une responsabilité que je dois assumer pleinement." Marius Gilbert regrettait alors également le "climat délétère" qui s'était installé à l'égard des experts.

Très actif sur Twitter au début de la crise, il commentait les données sanitaires à travers de nombreux graphiques. Il se fait désormais plus discret sur le réseau social, mais a appris à se servir de sa notoriété nouvelle. Comme lorsque, le 23 octobre, il en appelait à la responsabilité de chacun (et notamment des leaders d'opinion) en tweetant un message relayé des milliers de fois : "aidez-nous, aidez-vous ! Il est minuit moins une".

En cette fin d'année, Marius Gilbert est devenu vice-recteur de l'ULB à la recherche et à la valorisation.

(Le nom de la personnalité arrivée en 1ère position sera dévoilé ce jeudi.)