Invité sur DH Radio, Philippe Donnay a tout d'abord abordé une étude publiée par le Bureau du Plan concernant la surmortalité en Belgique durant la crise du Covid.

"Il y a eu une surmortalité, surtout dans la première vague. On a voulu étudier si c'était un 'effet moisson', comme on appelle cela en démographie, c'est-à-dire si c'est des gens qui allaient bientôt mourir. Or, ce que l'on observe, c'est que non, ce n'était pas des personnes qui allaient mourir dans les 3 ou 6 mois, mais plutôt des personnes qui allaient décéder dans les 5 ou 6 années", détaille Philippe Donnay, en précisant que les personnes les plus touchées sont logiquement les plus âgées.

Le commissaire au Bureau du Plan a également expliqué que l'espérance de vie en Belgique avait diminué d'un an durant la crise. Il existe des disparités régionales concernant cette diminution de l'espérance de vie: "Il y a deux endroits où le recul est beaucoup plus important: Bruxelles et le Hainaut".

Selon Philippe Donnay, il y aurait donc un impact socio-économique sur l'espérance de vie: "Cela s'explique par le fait que si vous n'avez pas de capacité monétaire pour vous soigner, vous reportez les soins et vous êtes en plus mauvaise santé".

Philippe Donnay a également abordé la sécurité sociale, et a rappelé son utilité et son efficacité durant la crise. Interrogé sur un refinancement potentiel de cette sécurité sociale après la crise, il renvoie la balle aux politiques.



Sur le plan de relance, le commissaire au Bureau du Plan s'est félicité de l'accord obtenu et s'est montré optimiste sur la mise en place de ce plan: "Je pense que la Belgique donnera les informations qu'il faudra au dernier moment pour faire valider ce plan par l'Europe".

Enfin, Philippe Donnay a critiqué les négociations pour l'accord interprofessionnel: "Les interlocuteurs sociaux n'ont pas été capables de trouver un accord", déplore le commissaire au Bureau du Plan, qui vise autant les patrons que les syndicats. "Si l'on fait un accord c'est à deux, et si on est en désaccord c'est forcément que les deux parties n'ont pas su se rencontrer".

--> Visionnez l'intégralité de la séquence ci-dessus