La Belgique vient de se hisser à la troisième place des pays qui vaccinent le plus en Europe (en ce qui concerne la première dose). Avec ce nouveau cap franchi, soit quatre millions de vaccins contre le covid déjà été administrés en Belgique, les bonnes nouvelles sur le plan sanitaire s’enchaînent.

La première concerne le taux d'incidence qui repasse (enfin) sous la barre des 400 contaminations pour 100.000 habitants en Belgique. Dans la même veine, entre le 25/04 et le 01/05, 2953 nouvelles infections au coronavirus ont été détectées en moyenne chaque jour, ce qui constitue une baisse de 16 % par rapport à la semaine précédente. D’ailleurs, tous les autres indicateurs Covid sont à la baisse. Du côté des admissions à l’hôpital, elles s'élèvent en moyenne à 186,4 entre le 28/04 et le 03/05, soit une baisse de 11 % par rapport à la semaine précédente.

"Toutefois, la pression sur les soins intensifs reste élevée"

Le nombre de patients Covid admis à l’hôpital ne cesse de décroître jour après jour, le temps est à donc l’espoir. A l’UZ Brussel à Jette, 46 patients COVID-19 contagieux sont soignés. Et au cours des dernières 24 heures, aucun nouveau patient n’a été admis.

“Pour retrouver trace d’une journée où nous n’avions pas admis de patient covid, il faut remonter au mois de février (le 17/02 très exactement), s'enthousiasme Karolien De Prez, porte-parole de l’UZ Brussel. C’est un soulagement pour le personnel soignant et une nouvelle encourageante pour la suite, ça donne du courage. De plus, on voit que les admissions commencent à diminuer”.

Toutefois, la pression reste forte sur nos hôpitaux et notamment dans les unités de soins intensifs. 2614 patients sont actuellement hospitalisés en lien avec le Covid-19 , dont 795 patients traités en soins intensifs.

“La charge de travail et la pression restent élevées aux soins intensifs et en unité Covid. Les patients présents sont très malades. Il faut rappeler que nous sommes (comme quasi l'ensemble des hôpitaux) encore en phase 2A. On doit toujours évaluer si on peut faire ou pas certaines opérations, notamment chirurgicales mais aussi d’autres types d’interventions qui ne sont pas banales. On sent bien que ça s’améliore mais la pression reste élevée. Il faut rester attentif et prudent. D’ailleurs, pour notre personnel, le travail reste très prenant et intense”.