Alors que le Comité de concertation a autorisé la réouverture des commerces non-essentiels ce mardi 1er décembre, les salons de coiffure du pays sont quant à eux toujours contraints de garder leurs portes fermées. Une décision non-justifiée, selon le secteur, qui s'inquiète notamment des risques de faillite qu'une telle fermeture peut impliquer.

Dans un communiqué conjoint, vingt-huit entreprises, représentant plus de 300 salons de coiffure et près de 1.400 collaborateurs en Belgique, ont dès lors demandé la réouverture immédiate de leurs établissements.

"Les nouvelles mesures prises par le gouvernement sont difficilement compréhensibles", déplore le secteur. "Depuis le 1er confinement, des protocoles extrêmement stricts ont été mis en place dans les salons pour assurer la sécurité des clients : masque obligatoire pour le personnel et les clients, limitation du nombre de clients, prestations sur rendez-vous, désinfection des mains, nettoyage des instruments, barrières physiques", argumentent les coiffeurs pour justifier leur réouverture. Les collaborateurs mettent également en avant les résultats d'une étude, selon laquelle 96% des Belges ont jugé les mesures sanitaires en salon de coiffure "suffisantes pour leur sécurité".

"Le secteur est à l'agonie"

"Le secteur est à l’agonie depuis mars 2020", insiste-t-on dans le communiqué. "Nous demandons sans plus attendre la réouverture des salons de coiffure. Dans le cas contraire, de nombreuses faillites seront à prévoir, sans oublier l’impact psychologique qui entraînera des incapacités de travail préjudiciables à long terme", avertit enfin le secteur.

Pour rappel, les coiffeurs avaient déjà dû fermer leurs portes durant deux mois lors du premier confinement. Depuis le 30 octobre, les salons de coiffure sont à nouveau fermés. Aucune date de réouverture du secteur n'a été avancée à ce jour.