Mercredi, 16 autres avaient déjà été testés positifs. Plus de 200 membres du personnel de Westvlees ont été placés en quarantaine mercredi après la détection d'un foyer de contamination au coronavirus dans cette entreprise de Flandre occidentale. Sur les 225 employés mis en quarantaine, 193 ont été testés et 164 résultats sont connus, dont 50 positifs.

Les autres employés seront testés vendredi. Des tests seront également effectués dans d'autres départements de l'entreprise, qui compte au total 850 personnes.

Les autorités locales ne disposent pas pour le moment de la localisation du domicile des 50 cas positifs. "Il est possible qu'il y en ait beaucoup qui vivent en France", a précisé Francesco Vabderjeugd. Il se réunira vendredi avec ses homologues de la région pour en discuter. Ces informations pourraient mener à renforcer localement les mesures contre le coronavirus.

Sur les 6 cas positifs initialement signalés, deux concernaient des travailleurs transfrontaliers venant de France, avait indiqué le bourgmestre mercredi.

Il a en outre précisé avoir déjà contacté le consul de Roumanie concernant d'éventuelles contaminations de ressortissants de ce pays travaillant à l'abattoir.

Des foyers de contamination sont apparus depuis le début de la pandémie dans des abattoirs de différents pays, comme en Allemagne, en France ou aux Etats-Unis. Les experts cernent encore mal les raisons de ces contaminations, sans doute liées à la promiscuité, mais peut-être aussi à des conditions de froid et de ventilation propres à ces usines.

En mai, plus de 90 cas avaient été découverts dans un établissement de Basse-Saxe en Allemagne.

Westvlees se présente comme l'un des plus importants producteurs européens de viande porcine fraîche et préparée. L'entreprise transforme 1,4 million de porcs par an en plus de 140.000 tonnes de viande porcine et a des clients dans 50 pays. L'activité de découpe doit continuer sur d'autres sites de l'entreprise que Staden, avait indiqué mercredi un responsable de l'entreprise.