Cela fait déjà quelques semaines qu’elle est passée, mais la dernière vague de chaleur qui s’est abattue sur notre pays a marqué les esprits. Non seulement par la montée du thermomètre, mais surtout pas sa durée record.

Depuis lors, les températures sont restées tout à fait raisonnables, avec quelques belles journées entrecoupées de périodes pluvieuses. Pour ce début de mois de septembre, on a connu quelques soirées fraîches annonciatrices de l’automne, mais il faudra encore attendre un petit peu pour s’y habituer ! Ce week-end sera ensoleillé, avec des températures bien au-dessus de 20 degrés, et on atteindra même les 30 degrés en début de semaine prochaine. “Il faut toujours rester prudent pour savoir si cela va durer un ou plusieurs jours, mais il semble certain que nous atteindront les 30 degrés à Uccle, la station de référence en Belgique, ce mardi, annonce Pascal Mormal, météorologue à l’IRM. Ce qui est particulier, c’est que cela arrive aussi tard dans la saison. On pourrait déjà atteindre la barre des 30 degrés lundi, et encore plus mardi. Pour Uccle, la chaleur la plus tardive jamais enregistrée date du 13 septembre 2016. On va donc repousser cette date dans les prochains jours.

Un phénomène qui s’inscrit donc dans le réchauffement global observé ces dernières années, même s’il n’est pas rare d’avoir du beau temps en septembre. “Avoir une belle fin d’été, cela n’a rien d’exceptionnel, même si on est tout de même 11 à 12 degrés au-dessus des moyennes de saison, rappelle-t-il. On peut se rappeler du 20 septembre 2003 où on avait observé 29,4 degrés à Uccle, par exemple. En 1961, on avait même atteint 30,4 degrés à Zaventem, mais ce n’est pas la station de référence.”

Et pour la suite, doit-on encore s’attendre à de fortes chaleurs ? “C’est plus compliqué de se projeter sur le long terme, comme toujours, sourit Pascal Mormal. Mais les modèles indiquent des températures autour des 20 degrés d’ici la fin du mois, ainsi qu’un temps sec. On sera a priori au-dessus des moyennes de saison, donc.

Voilà qui permettra de terminer l’été sous le soleil, ce qui n’arrange pas les problèmes de sécheresse observés cet été. “Le phénomène se prolonge depuis 2017 et cela reste assez inquiétant, regrette-t-il. Il faudra surveiller les nappes phréatiques cet hiver.