Ecolo a demandé vendredi à la commission de la Santé de la Chambre d'auditionner le patron de la plateforme de santé en ligne e-health et de la banque carrefour de la sécurité sociale (BCS), Frank Robben, mis en cause par le magazine Wilfried pour plusieurs conflits d'intérêts. Le parti écologiste réclame en outre de mettre fin aux cumuls de fonction de Frank Robben.

"Ecolo, par la voix de Muriel Gerkens, a déjà pointé à de nombreuses reprises par le passé ce mélange des genres problématiques dans le chef de M. Robben", a déclaré la députée Ecolo Laurence Hennuy, membre de la commission Santé de la Chambre. "Cela fait 30 ans que Frank Robben gère la question de l'informatisation de la sécurité sociale belge. Il connaît tous les acteurs, il maîtrise tous les process à la fois de mise en place et de contrôle", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Pour Ecolo, cette situation pose d'autant plus problème dans le cadre du tracing nécessaire pour gérer la crise sanitaire du Covid-19. "Les écologistes ont mis en évidence, et ont été rejoints en cela, la nécessité de critères stricts en matière d'éthique et de protection de la vie privée. Le rôle central et les casquettes multiples de M. Robben apparaissent en contradiction avec ces objectifs", a souligné Laurence Hennuy.

Selon le magazine Wilfried, M. Frank Robben a rédigé l'arrêté royal fixant les conditions du suivi des contacts des malades du Covid-19 et exerce dans le même temps un mandat "illégal" à l'Autorité de la protection des données (APD). Il a également mis en place le Comité de la sécurité de l'information (CSI), contre l'avis de la Commission européenne et du Conseil d'État, contre la Constitution belge et le règlement général sur la protection des données (RGPD), mais approuvé par le Parlement. Cet organe est notamment chargé de définir qui est autorisé à puiser dans les données de Sciensano concernant le Covid-19.