Les contacts physiques entre détenus et visiteurs sont à nouveau autorisés à partir de ce lundi, mais cet assouplissement inquiète les organisations syndicales. L'Acod affirme avoir reçu de nombreux messages d'inquiétude de membres du personnel pénitentiaire à cause des nouvelles mesures. "Le nombre de personnes testées positives au Covid-19 augmente également dans les prisons", ajoute le syndicat socialiste.

Lundi, des représentants syndicaux ont également interrogé le personnel. "Non seulement il considère que le timing imposé aux établissements était mal choisi, mais plusieurs prisons n'étaient en plus pas du tout prêtes à appliquer les nouvelles instructions", déplore l'Acod. "Les directions locales de nombreuses prisons comprennent la réticence du personnel. Tous les établissements n'ont donc pas autorisé ce lundi matin les contacts physiques entre les détenus et les visiteurs."

La semaine dernière, à la suite du dépôt du préavis de grève, l'administration pénitentiaire avait assuré que ces visites se feraient "dans des conditions sûres" et avait également souligné l'importance du bien-être psychosocial des détenus.