Près de 2.000 personnes ayant subi un accident de travail ont vu leur demande de reconnaissance indûment rejetée par les assureurs l'an dernier, peut-on lire dans Het Nieuwsblad samedi. 

Le syndicat chrétien (ACV-CSC) souhaite donc qu'il y ait un contrôle des autorités dès qu'un dossier d'accident de travail est rejeté par l'assurance. Les assureurs ont refusé l'an dernier plus de 21.000 demandes de reconnaissance d'un accident de travail dans le secteur privé. Le syndicat chrétien estime qu'un meilleur contrôle doir avoir lieu sur ces décisions.

Actuellement, Fedris, l'agence fédérale des risques professionnels, ne réalise que des contrôles aléatoires. "Dans un cas sur dix, suite au contrôle de Fedris, l'assureur a dû malgré tout reconnaitre l'accident de travail", indique Herman Fonck de l'ACV. C'est sur base de ce constat que le syndicat estime que 2.000 personnes ont vu leur demande injustement rejetée l'an dernier.

Selon Assuralia, l'union professionnelle des entreprises d'assurances, la loi prévoit déjà suffisamment de marge de manœuvre permettant aux travailleurs de faire appel en cas de refus. "Les assureurs interviennent ainsi toujours pour les frais judiciaires encourus, même s'ils sont dans leur droit", y indique-t-on.