Après une première phase de test dans les maisons de repos la semaine dernière, la véritable campagne de vaccination débutait ce mardi 5 janvier en Belgique. On sait que les résidents des maisons de repos et de soins ainsi que leur personnel sont prioritaires mais quand le citoyen lambda pourra-t-il espérer se faire vacciner?

Pour rappel, la campagne de vaccination se déroule en différentes phases en Belgique. Chaque phase se concentre sur un public cible différent, et le début de chacune d'entre elles dépend de la vitesse à laquelle la Belgique reçoit les doses des différents vaccins. A l'heure actuelle, notre pays ne dispose que du vaccin Pfizer. Le vaccin Moderna devrait être autorisé par l'Agence européenne des médicaments dans les prochaines heures, ce qui permettrait d'accélérer la stratégie de vaccination. La Belgique a en effet commandé deux millions de doses à cette firme pharmaceutique.


Phase 1A

La première phase, la phase 1A, a pour objectif de vacciner les résidents des différentes maisons de repos du pays, ainsi que l'entièreté du personnel soignant.
Cette phase a officiellement débuté ce mardi, et des centaines de résidents ont déjà reçu leur première dose. Par exemple, 500 personnes ont été vaccinées ce mardi à Bruxelles. Selon le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron, interrogé par nos confrères de RTL, on peut espérer que tous les résidents des maisons de repos belges soient vaccinés d'ici la fin du mois de janvier. Pourrait alors débuter la vaccination du personnel des maisons de repos et de soins, qui est prioritaire par rapport aux autres soignants.

Dans le courant du mois de février, voire à la début mars, les autres membres du personnel de la santé (infirmiers, médecins, etc.) pourront commencer à recevoir leurs doses.

La phase 1A se déroule de manière centralisée: les vaccins sont directement administrés dans les maisons de repos, dans les hôpitaux et les institutions de soins, afin de faciliter le stockage des différentes doses.

Phase 1B

Après la phase 1A viendra logiquement la phase 1B, qui a pour objectif de vacciner différents groupes cibles: les plus de 65 ans, les personnes à risques âgées entre 45 et 65 ans (souffrant par exemple de diabète, d’obésité, d'hypertension ou de maladies cardiovasculaires ou pulmonaires), ainsi que les personnes qui occupent une fonction essentielle à la société.

Selon Alain Maron, cette phase pourrait déjà débuter dès le mois d'avril. La vaccination se déroulera alors dans différents lieux: "On a travaillé à reconvertir un certain nombre de centres de tests en centres de vaccination", détaille le ministre bruxellois. A Bruxelles, un centre de vaccination à grande échelle ouvrira au Heysel au mois de mars, et un autre établissement verra également le jour dans le centre-ville de Bruxelles. De plus, un travail sera réalisé avec les communes pour proposer d'autres espaces décentralisés, par exemple dans des communes davantage reculées.

Les personnes issues de ces différents groupes prioritaires pourront donc se rendre dans le centre de leur choix. Seront-elles convoquées par invitation ou devront-elles s'inscrire sur un site internet? Ces modalités restent encore à déterminer.

Phase 2

Lors de la phase 2, de grandes quantités de vaccins seront plus largement disponibles, ce qui permettra de vacciner le reste de la population adulte. Les enfants ne sont en effet pas concernés par la campagne de vaccination à ce stade.

Les autorités restent prudentes quant à l'annonce de la date du début de cette phase 2. Tout dépendra en effet de l'autorisation des différents vaccins et de l'acheminement de ceux-ci. Plus vite les différentes firmes pharmaceutiques distribueront leurs vaccins, plus tôt le citoyen lambda pourra se faire vacciner. Cette phase pourrait, si tout va bien, débuter en été. Mais il faudra encore attendre avant que la majorité de la population soit vaccinée. Nous n'atteindrons pas le seuil des 70% de personnes vaccinées avant la fin de l'année, comme Yvon Englert l'a précisé ce lundi.

A l'image de la phase 1B, la vaccination en phase 2 se déroulera dans différents centres de vaccination, centralisés ou localisés. Mais d'autres endroits sont évoqués: il sera peut-être possible de se faire vacciner dans les écoles ou dans les entreprises.

Si le calendrier et les modalités de ces différentes phases commencent à se préciser, il reste encore de nombreuses inconnues à ce stade. Une conférence interministérielle de la Santé se tenait ce mercredi matin, à 8h, pour tenter d'y voir plus clair.