Yves Van Laethem a pris la parole, ce mardi, et a annoncé directement la couleur : " Nous n'avons que des bonnes nouvelles, tous les indicateurs vont dans le bons sens.. dans le vert de plus en plus foncé". Selon le porte-parole interfédéral, nous suivons ainsi les modèles les plus optimistes et cela grâce, bien sûr, à l'avancée de la campagne de vaccination, mais également " à la prudence de nombreux Belges". Des études sociologiques et psychologiques " nous montrent que de nombreuses personnes sont encore extrêmement prudentes dans l'application des assouplissements et l'extension de leurs contacts". Une attitude qualifiée par Van Laethem de responsable car le virus continue malgré tout de circuler. "Nous ne sommes pas face à une circulation comme celle que nous avions au mois de juin de l'année passée." La semaine dernière, il y a eu en moyenne 2153 nouveaux cas. C'est "une diminution importante de 28 % par rapport à la semaine précédente". Mais, avertit le porte-parole, "le tableau est un petit peu moins rose en réalité" car avec le congé de l'Ascension moins de personnes ont été testées. Selon l'infectiologue, il y aurait environ eu la moitié de tests réalisés par rapport à un jeudi normal. La semaine prochaine, le lundi de Pentecôte entraînera également une distorsion des chiffres.


Autre élément de réjouissance, cette diminution des nouveaux cas se retrouve dans tous les groupes d'âge et est la plus marquée chez les enfants de moins de 10 ans. De plus, elle est présente également dans toutes les régions et toutes les provinces du pays (allant de -20 à -30 %), à l'exception du Brabant wallon. La diminution des hospitalisations conserve quant à elle son rythme avec une moyenne de 133 nouvelles hospitalisations par jour, enregistrée la semaine dernière (-17%). "Hier, pour la première fois depuis le 21 février, nous sommes passés en dessous des 100 admissions par jour", a ainsi indiqué Yves Van Laethem. Élément à noter derrière ces chiffres : "dans une tranche d'âge de la population vaccinée récemment, celle des gens dans la soixantaine ou la septantaine, les hospitalisations tombent à 29%". 1857 patients Covid sont toujours hospitalisés (-18%), parmi lesquels 610 en soins intensifs (-14%). Le porte-parole a estimé dès lors que si ce rythme de diminution se poursuit, "nous devrions avoir moins de 500 patients en soins intensifs d'ici la fin du mois de mai. Et pour la date attendue du 9 juin, moins de 400 ". Les nouvelles sont tout aussi rassurantes du côté des décès avec une moyenne de 25 décès quotidiens la semaine dernière (-28%).

"Avec toutes ces bonnes nouvelles", a conclu Yves Van Laethem, "le message c'est vraiment de rester encore prudent dans les semaines qui viennent afin que le plus grand nombre d'entre nous puisse sortir sain et sauf de cette cette crise".

Le point sur la vaccination

Sabine Stordeur, responsable de la task force vaccination, a ensuite enchaîné avec d'autres chiffres positifs en ce qui concerne la campagne de vaccination : "Le jour de l'Ascension nous avons franchi une nouvelle étape avec un palier de 5 millions de doses injectées". Plus de 42% des plus de 18 ans ont reçu une première dose de vaccin. "Nous sommes donc à plus de la moitié de l'objectif poursuivi en termes de couverture vaccinale". Cette semaine ce sont 800.000 doses qui devraient être administrées en Belgique. Et la vitesse de la campagne de vaccination ne devrait pas ralentir car les livraisons de vaccins doivent passer "à la vitesse supérieure durant les mois de juin et de juillet, en principe avec plus d'un million de doses par semaine". 



En réponse à l'interpellation d'un journaliste, Sabine Stordeur a ensuite expliqué que les doses de vaccins reçues jusqu'à la fin de l'année permettront de poursuivre la campagne de vaccination actuelle pour proposer aux personnes hésitantes, ou qui n'auraient pas encore répondu aux invitations lancées, de se faire vacciner. "La Belgique va également participer à l'initiative Covax en donnant les doses de vaccins qui ne seraient pas utilisées aux pays les plus démunis.", a-t-elle également indiqué.

Finalement, des doses pourraient également être utilisées "pour vacciner à la fois des personnes plus jeunes de notre population, mais aussi donner une troisième dose aux publics les plus vulnérables ou les plus exposés aux risques d'infection au Covid-19".