La récente arrivée de Lieven Annemans au sein de la Celeval (cellule d'évaluation chargée de conseiller les autorités politiques) fait figure de symbole. Le professeur d'économie de la santé, qui s'est montré critique tout au long de la crise sanitaire, atteste d'un renouveau dans la gestion de la crise, que vient confirmer le départ de virologues, prônant davantage de mesures rigoureuses. Mais son intérêt, porté tout autant sur la situation épidémiologique qu'économique et sociale, n'a toutefois pas manqué de bousculer certains membres de la Celeval. Des tensions ont ainsi éclaté, ces derniers jours, au sein même de l'organe consultatif.

M. Annemans ne semble en effet pas avoir sa langue dans sa poche et n'hésite pas à faire connaître son opinion. Quitte à s'attirer les foudres de ses collègues. Peu connu au sud du pays, l'expert à la queue de cheval bénéficie d'une certaine notoriété en Flandre. Presque aussi présent que Marc Van Ranst sur les plateaux de télévision, l'homme de 56 ans présente toutefois un avis aux antipodes du tonitruant virologue de la KULeuven, sur lequel il porte un regard assez critique. Fervent partisan d'un assouplissement des mesures sanitaires, il met en doute depuis le mois de mars certaines règles en vigueur, sans toutefois renier la nécessité du confinement à l'époque.

Avec ses quelque 300 publications scientifiques internationales et ses quatre livres, Lieven Annemans fait figure de spécialiste dans le domaine de l'économie de la santé. Son cheval de bataille ? Le rapport entre la santé, l'argent et le bonheur. Selon lui, l'un ne va pas sans l'autre. "L’économie, c’est la santé et la santé, c’est l’économie", estime souvent celui qu'on surnomme "professeur du bonheur". Comptant déjà plus de vingt années de recherche à son actif, il occupe dans la foulée des postes variés. Il préside notamment durant huit ans le Conseil flamand de la Santé et œuvre dans le cabinet du ministre des Affaires sociales et des Pensions.

Lauréat en 2013 et 2017 de la Chaire Francqui, il évolue à présent à l'UGent et à la VUB.