Interrogé sur l'augmentation de 46% des nouvelles contaminations sur les sept derniers jours lors du journal de 13h de la RTBF, Yves Coppieters ne parle pas encore d'une seconde vague.

Pour le professeur de santé publique à l'ULB, "on est bien dans le premier rebond post première vague de cette épidémie". L'idée est alors "de casser au plus vite ces chaînes de transmission de la maladie et d'arrêter cette augmentation exponentielle pour que ça ne reprenne pas la forme d'une vague", explique-t-il.

Alors comment agir sur ce regain de l'épidémie ? Doit-on s'attendre à un nouveau reconfinement ?

"Un reconfinement global sans nuance serait une erreur", martèle Yves Coppieters. 

La situation n'est pas la même dans l'ensemble du pays. "Le taux de reproduction est au-dessus de 1 en Belgique. Mais si on fait l’exercice par province, il est plutôt au-dessus de 1,5 dans le nord du pays, mais en dessous de 1 dans le sud du pays.", précise l'épidémiologiste qui préfère s'attacher à une analyse localisée de la situation sanitaire.

"Il faut avoir des stratégies différenciées parce que les situations locales sont très différentes.", explique l'expert qui suggère un reconfinement en fonction des tranches d'âges et des secteurs géographiques. "J'espère que nos décideurs iront dans ce sens", a-t-il lancé.

Sophie Wilmès a annoncé qu'un comité de concertation, en présence d'experts, aura lieu ce dimanche pour faire le point sur la situation sanitaire de ces derniers jours.