Un des enjeux de la réunion du Conseil National de Sécurité débutée ce mercredi portera sur la manière d'aborder la situation spécifique de Bruxelles dans la définition des modalités de la bulle de contacts autorisés, a affirmé mercredi matin le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

Interrogé par la Première (RTBF), le ministre-président bruxellois a invité les partenaires de discussion à trouver un équilibre pour ne pas créer une discrimination entre les uns et les autres. "De ville à ville, on voit que c'est toujours Anvers qui a le plus haut taux de contamination mais elle serait sauvée par son hinterland. De plus, dans la Région-ville, 30 à 40% de la patientèle des hôpitaux vient de l'extérieur. Il faudra être attentif à ne pas pénaliser Bruxelles, ville très densément peuplée", a-t-il expliqué.

Selon M. Vervoort, la notion de bulle actuelle sera supprimée, mais remplacée par "autre chose". "La seule contrainte vérifiable est le confinement mais personne ne veut y revenir", a-t-il conclu à ce sujet.