Le débat se poursuit. Alors que plusieurs "lockdown parties" sont interrompues par les forces de police chaque week-end en Belgique, le libéral flamand a jugé que "les amendes n'étaient pas assez élevées" ce lundi sur les ondes de Bel RTL. "250 euros ce n'est pas assez, des gens qui font des fêtes c’est irresponsable", a déclaré le président de l'Open Vld.

Toutefois, il n'est pas en faveur de mesures répressives. Egbert Lachaert estime "qu'il faut convaincre les gens", plutôt que d’utiliser des drones pour veiller au respect des règles. "L’initiative de quelques gouverneurs de travailler avec des drones est complètement inacceptable, comme rentrer dans les maisons.", a-t-il déclaré.

L'annonce par une zone de police limbourgeoise de l'utilisation de drones pour contrôler le respect des mesures sanitaires au moment des fêtes de fin d'année a suscité la polémique. "Ce serait comparable à un état de police, je ne peux pas l'accepter en tant que libéral", a également insisté Lachaert  auprès de Bel RTL. "Ce n'est pas parce qu'on est dans une crise qu'il faut lâcher le droit".

Faut-il augmenter le montant des amendes Covid ?

Votes clôturés

Oui 61,6%
Non 33,1%
Sans avis 5,3%
9523 votes

Le collège des procureurs-généraux doit se réunir ce lundi après-midi pour clarifier la façon de respecter l'Etat de droit dans le cadre des règles sanitaires, comme l'avait indiqué dimanche le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne. "Il est temps de mettre les points sur les i et de montrer clairement à certains bourgmestres et gouverneurs de province où est la limite", a dit le ministre de l'Open Vld, dans l'émission "De Zevende Dag" (VRT)

L'usage de nouvelles technologies est compatible avec le respect de l'Etat de droit, estime le ministre, qui est revenu sur la polémique de l'usage des drones. Mais il pose des balises: un drone vole à une haute altitude et ne fait pas la distinction entre domaine public et privé. Un tel engin est utile pour détecter la présence d'un endroit où l'on fabrique de la drogue mais "recourir à des drones comme moyen général pour contrôler les mesures corona, ça va trop loin", estime M. Van Quickenborne.

A ses yeux, une loi générale "pandémie" serait utile. Jeudi passé, la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, a expliqué à la Chambre que le texte était en préparation. Un texte de ce genre donnerait une plus grande sécurité juridique aux mesures prises tout en leur garantissant une certaine flexibilité afin de répondre rapidement à l'évolution de la maladie, a ajouté le ministre de la Justice.