Au vu de la situation compliquée dans les hôpitaux belges, les experts ne sont pas très confiants quant à la réouverture de l'Horeca au 1er mai.

Dirk Devroey, professeur de médecine générale à la VUB, est pessimiste: "Non, je ne pense pas que les chiffres auront suffisamment baissé d'ici le 1er mai pour rouvrir le secteur de la restauration". Devroey conseille à la population de ne pas se relâcher trop tôt. Selon lui, il faut attendre qu'on soit en dessous du seuil de 800 contaminations quotidiennes . "Ensuite, vous pouvez déconfiner l'esprit tranquille. Si vous faites cela plus tôt, vous risquez de vous retrouver à nouveau sur un plateau élevé ", évoque-t-il auprès du Morgen.

De son côté, Marc Van Ranst estime tout de même, auprès de nos confrères flamands, que rien n'est perdu. “Mathématiquement, c'est encore possible, mais ce ne sera pas évident. La réouverture ou non du secteur de la restauration reste toutefois une décision politique", commente-t-il.

"Deux scénarios possibles"

A la fin de la conférence de presse, Yves Van Laethem a quant à lui évoqué deux scénarios possibles. "Un scénario pessimiste, qui ne va pas vers une réaugmentation et une quatrième vague, mais qui va vers un plateau élevé, plus élevé que celui que nous avions connu, et avec un poids difficile à soutenir au long cours. Vous l’aurez compris, une telle évolution rendrait des assouplissements impossibles. Et un scénario optimiste, avec un taux d’hospitalisation qui continue de diminuer et qui pourrait même atteindre les 100 hospitalisations par jour, voire moins, au début du mois de mai." L'expert rappelle que ce qui déterminera la possibilité d'éventuels assouplissements est le comportement de la population durant les semaines à venir. "Un modèle n’est jamais qu’un modèle et ne peut pas prédire la façon dont nous nous comportons, surtout dans un contexte particulier de fatigue que la population ressent vis-à-vis des mesures actuelles."

Soutien à une réouverture des terrasses 

Et parmi les politiques, Bart De Wever, appuyé par de nombreux bourgmestres, a récemment dit que l'ouverture des terrasse est "une mesure d'ordre public ". Le nationaliste flamand a insisté pour que les jeunes puissent avoir des perspectives. “ Je préférerais de loin que tous ces gens dans les parcs soient assis sur des places et des terrasses avec une capacité maximale et des stewards. Au fédéral, on ne comprend pas ça” , a-t-il affirmé suite aux incidents survenus au Bois de la Cambre .

La question devrait être discutée lors du Comité de concertation prévu la semaine prochaine. Le cas de la rentrée scolaire sera également abordé.