Le profil de cette personne hésitante est celui d'une femme, jeune, francophone, qui travaille, qui n'appartient pas à un groupe à risques et qui est plutôt insatisfaite de la gestion de la crise par le gouvernement.

Il apparaît aussi, selon ce sondage, que le profil type du Belge désireux de se faire vacciner contre le coronavirus est un homme, néerlandophone, à la santé fragile et dont un proche au moins a été impacté par le virus.

Pour le reste, ce sondage nous apprend qu'une personne sur trois (34%) rapporte qu'elle se fera absolument vacciner, 39% qu'elles se feront probablement vacciner, 18% qu'elles ne se feront probablement pas vacciner et 9% qu'elles refuseront catégoriquement d'être vaccinées.

Les plus de 45 ans sont davantage favorables à la vaccination et la probabilité de se faire vacciner augmente avec l'âge.

Les néerlandophones sont 2,4 fois plus nombreux à affirmer leur intention de se faire vacciner que les francophones.

L'hésitation vaccinale pour le Covid-19 est plus forte que pour les autres maladies infectieuses, selon cette étude. Alors que 90% des enquêtés rapportent que la vaccination contre les maladies infectieuses est très utile ou plutôt utile, seulement 73% affirment qu'ils se feront absolument ou probablement vacciner contre le coronavirus quand il y aura un vaccin.