Les écoles d'OLFA Eldonk d'Egem, ainsi que l'établissement Sint-Jozef à Kontich, tous deux situées dans la province d'Anvers, ont été contraintes de fermer leurs portes suite à la découverte de la souche britannique du coronavirus.

Auprès de nos confrères du Nieuwsblad, le bourgmestre de Kontich, Bart Seldeslachts, a révélé qu'il savait qui était responsable de la fermeture de l'école de sa commune. "Nous savons de qui il s'agit. Ce sont des gens qui sont revenus de vacances et qui ne sont pas allés en quarantaine", confie-t-il en annonçant toutefois ne pas vouloir mener de "chasse aux sorcières". "Regardons en avant. Tout le monde sera testé aujourd'hui et demain. Les personnes positives seront isolées. Nous nous rendons compte que cette mesure a de lourdes conséquences. Environ 1 450 étudiants, 250 membres du personnel et tous les membres de leur famille doivent être mis en quarantaine."

Le bourgmestre d'Edegem, Koen Metsu, a également réagi auprès de nos confrères flamands. "C'est regrettable car des milliers de personnes sont désormais touchées. Si tout le monde avait suivi les règles et règlements, nous n'aurions pas été dans cette misère aujourd'hui", confie l'élu N-VA, chez qui l'infection serait arrivée via l'école maternelle et primaire par un papa d'élève parti skier à Noël. Ce dernier a été testé positif à son retour. Placé en quarantaine, il a ensuite effectué un deuxième test dont il n'a pas attendu le résultat. Son fils a ainsi été contaminé par le variant britannique et ce dernier l'a ramené à l'école.

Ce lundi, tous les élèves et le personnel de l'école maternelle et primaire OLFA se font tester. Cela concerne donc 500 élèves et une cinquantaine d'enseignants. Ce mardi, ce sera au tour des élèves de l'école de Kontich ainsi que son personnel.