La dernière réunion du Comité de concertation vendredi a débouché sur une série de mesures pour freiner la hausse des nouvelles contaminations. Il a notamment été décidé de suspendre la mise en oeuvre du plan plein air, à l'exception des activités pour les jeunes (jusqu'à 18 ans inclus) pour maximum 10 personnes, en plein air et sans nuitée. Pour les enfants de moins de 12 ans, les activités se dérouleront de préférence à l'extérieur.

Ces changements interviennent alors que la plupart des stages de Pâques étaient déjà organisés mais aussi réservés et payés par les parents, souligne la Ligue des Familles, selon qui "les annulations de stages commencent à pleuvoir et les parents se retrouvent sans solution de garde", à 10 jours du début des vacances.

"Or, nombre d'entre eux n'ont, à si brève échéance, plus la possibilité de demander congé à leur employeur. Et dans tous les cas, peu de parents ont suffisamment de congés pour pouvoir s'occuper de leurs enfants pendant toutes les vacances scolaires. Enfin, nous devons tout mettre en oeuvre pour que les parents ne soient pas contraints de confier leurs enfants à des grands-parents à risque", estime la Ligue des Familles.

Alors que la Commission Affaires sociales de la Chambre discutera ce mardi d'une prolongation du chômage temporaire pour fermeture d'école jusqu'au 30 juin; au lieu du 31 mars, ce dont se réjouit par ailleurs la Ligue des Familles, celle-ci demande aussi que les députés étendent le dispositif de chômage temporaire aux annulations de stages.

La Ligue des Familles a adressé un courrier en ce sens aux députés de la Commission Affaires sociales et espère qu'ils s?empareront d?urgence de cette mesure pour qu?elle puisse être votée avant les vacances de Pâques.