Le gouvernement bruxellois se prononcera jeudi sur l'attribution du marché du tracing dans la capitale pour lequel un appel d'offres a été lancé samedi dernier, a indiqué mercredi le cabinet du ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo), interrogé à ce propos.

Selon celui-ci, le "tracing" des contacts des patients révélés positifs au test démarrera en phase test lundi, le 4 mai prochain. Il est prévu qu'il soit opérationnel le lundi suivant, le 11 mai, date prévue pour la réouverture des commerces, soit une semaine avant celle, en douceur, des écoles. Le traçage relève des Régions mais des outils communs sont/seront mis en place. C'est ainsi que les enquêteurs auront accès à une plate-forme digitale commune aux trois entités. 

Dans le cadre d'une série de nouvelles mesures prises dans les domaines sociaux et de la santé face à la crise liée à la pandémie, le gouvernement bruxellois a annoncé mardi le déblocage de 10 millions d'euros pour la mise en œuvre du contact tracing des personnes malades dans la période de déconfinement qui s'annonce. Dès qu'un médecin confirmera un cas de Covid-19, ce système permettra d'établir, via call-center, la liste des contacts que cette personne a eus durant les deux semaines précédentes. Ces contacts seront ensuite avertis par téléphone, et ces derniers pourront prendre contact avec leur médecin traitant pour s'assurer s'ils présentent ou non des symptômes, en vue d'être testés. 

Cette mesure durera au minimum un an. Un premier scénario basé sur 1 000 nouveaux cas par jour en Belgique annonce que 340 personnes seraient nécessaires pour ce système en Région bruxelloise, dont 220 techniciens de call center et 70 agents de santé de terrain et experts de la santé.