A l’initiative de la ministre des Sports, Valérie Glatigny (MR), les modalités d’octroi d’un budget supplémentaire de 3 millions d’euros ont été arrêtées pour soutenir le secteur sportif, particulièrement impacté par les conséquences de la pandémie. Ce budget supplémentaire porte à 7 millions d’euros la somme débloquée jusqu’ici pour soutenir les 63 fédérations et 7047 clubs sportifs.

Une intervention plus importante pour les activités complètement à l'arrêt

Par communiqué, la ministre précise que le nouveau budget de 3 millions d’euros sera réparti entre deux types d’aide. D'une part, une intervention forfaitaire visant l’ensemble des fédérations sportives reconnues (630.000 euros). Et, d'autre part, une intervention variable en fonction du degré d’impact des mesures sanitaires ainsi que de la taille des fédérations (2.370.000 euros).

"Ce dernier montant sera réparti sur base de paramètres objectifs qui permettront notamment de soutenir les secteurs en fonction du degré d’impact des mesures sanitaires (sport pratiqué en salle ou à l’extérieur, avec ou sans contact, pratique individuelle ou collective, etc). Il sera aussi tenu compte de l’existence ou non d’alternatives si les activités indoor sont interdites. Les activités complètement à l’arrêt (ex: judo, volley-ball, handisport, etc.) bénéficieront donc d’une intervention qui pourra être plus importante."

Au moins 80% des subventions versées aux fédérations devront bénéficier aux clubs, ce qui permettra donc aux fédérations d’assumer leur rôle de solidarité envers ces derniers.

Les 20% maximum restants pourront être utilisés par les fédérations pour faire face aux frais des mesures sanitaires, soutenir la réalisation d’objectifs affectés par la crise (notamment la formation des jeunes) ou encore faire face à des problèmes de trésorerie.