Le 11 mars 2020, l'Organisation Mondiale de la Santé qualifiait pour la première fois de "pandémie mondiale" la crise du coronavirus. Seulement quelques jours plus tard, Sophie Wilmès annonçait l'entrée en vigueur d'un confinement généralisé en Belgique.

A l'occasion du cap symbolique des "1 an" de crise sanitaire, Alexander De Croo a tenu à dresser le bilan de cette année inédite. Dans un discours publié sur sa page Facebook, le Premier ministre s'est adressé aux Belges.

"Notre pays a connu une première et une deuxième vague particulièrement intenses. Nous avons perdu plus de 22.000 de nos concitoyens", a débuté le libéral flamand. "Mes premiers mots vont donc aux familles qui ont perdu un être cher au cours de l'année écoulée. C'est une perte que nous partageons avec vous."

Le Premier ministre a ensuite déploré l'incertitude dans laquelle nous sommes contraints de vivre depuis des mois, que ce soient les indépendants, les jeunes, et toutes ces personnes qui ont perdu leur emploi.

De Croo a également tenu à remercier l'ensemble du personnel soignant pour leur "dévouement" et leur "énergie": "Avec vous, nous nous sentons en sécurité".

Par ailleurs, le Premier ministre a rappelé les moyens financiers qui ont été dégagés pour sortir de cette crise. "Depuis la Seconde Guerre mondiale, jamais nos pouvoirs publics n’ont mobilisé des soutiens financiers aussi importants", a-t-il déclaré.

"Nous ne maintiendrons pas les mesures un jour de trop"

Alexander De Croo a ensuite abordé la situation "stable" dans laquelle nous nous trouvons depuis quatre mois. "Stable ne signifie pas pour autant moins difficile", a-t-il concédé. "Je suis conscient que si les règles dans notre pays sont plus souples que dans d'autres, elles n’en restent pas moins éprouvantes", a-t-il poursuivi, avant d'assurer qu'aucune mesure ne serait maintenue "un jour de trop".

Le libéral a toutefois insisté sur l'importance de ne pas relâcher les mesures trop vite et a à nouveau détaillé le plan de déconfinement des prochains mois.

"Les vaccins sont la clé de notre liberté"

Enfin, le Premier ministre a rappelé l'enjeu crucial que représente la vaccination pour sortir de la crise. "Le rythme des vaccinations doit s’accélérer", a-t-il martelé. "En mars, avril et mai, nous comptons sur un total de 7,5 millions de vaccins. C'est beaucoup plus que ces derniers mois. Ils devront être administrés le plus vite possible".

"Les vaccins sont la clé de notre liberté", a-t-il encore plaidé. "Ils vont nous ouvrir la porte vers un été durant lequel nous pourrons voyager, recevoir chez nous famille et amis, profiter d’un moment sur une terrasse ou dans un restaurant. Ce sera un été plus serein". Le Premier ministre a enjoint chaque Belge à se faire vacciner, confirmant que tous les vaccins étaient "sûrs" et "efficaces". "Se faire vacciner est un acte de solidarité", a-t-il ajouté. 

Pour conclure, De Croo a concédé que l'année écoulée avait été "très éprouvante". "Une année malheureusement rythmée par des épisodes douloureux et de lourdes déconvenues", a-t-il déclaré, avant de terminer sur une note plus positive en assurant que nous retrouverons notre liberté et notre mode de vie, si chers à nos yeux, dans les prochains mois.