Le député européen veut que la Belgique légifère enfin en la matière.

Certains y verront une nouvelle preuve d'ingérence condescendante d'un Français envers le plat pays, d'autres que sa sortie est tout à fait légitime. Toujours est-il que le député européen Raphaël Glucksmann (Place Publique-PS) exige, chez nos confrères du Parisien, que les responsables du carnaval d'Alost s'excusent pour les caricatures antisémites observées lors de la dernière édition, et qu'ils "promettent de mettre fin à ces caricatures".

Faute de quoi, le député européen plaide pour "une interdiction légale." En bref, Raphaël Glucksmann implore la Belgique de légiférer pour que soient désormais interdits les caricatures, sketches et autres blagues sur les juifs. "On ne se marre pas sur les chambres à gaz, poursuit Raphaël Glucksmann dans le Parisien. Ces images sont des crachats sur les victimes des camps de concentration."

A défaut d'une nouvelle législation permettant d'interdire ces caricatures antisémites, le député européen veut que le Parlement dans lequel il siège prenne ses responsabilités. "Il faut prendre des initiatives pour rendre cela impossible. En essayant d'instaurer une régulation paneuropéenne sur la question. Et si on n'y arrive pas ? Ce sera à l'opinion publique de restaurer le tabou dans la société."

Raphaël Glucksmann souhaite donc un "sursaut" de la société civile européenne, indique-t-il. "Faisons d'Alost un point de rendez-vous de la lutte contre l'antisémitisme et le racisme. Et soyons des centaines de milliers sur place, à empêcher les badauds d'applaudir des nazis goguenards avec une bière."