Pas de répit pour la maison de repos De Bloemelingen. Comme le relate HLN, 17 résidents d'une section du home ont été infectés par le coronavirus. Trois membres du personnel et trois collaborateurs sont aussi contaminés. "Un choc" pour la directrice de l'établissement, Nanda Van Ende.

Mais comment expliquer ces contaminations malgré la vaccination ? Joris Moonens, porte-parole de l'Agence flamande Soins et Santé (Agentschap Zorg en Gezondheid), ne semble pas tellement étonné. "Il pourrait y avoir deux explications. D'un côté, il est possible que ces personnes étaient déjà contaminées au moment de la vaccination, mais qu'elles n'avaient pas encore de symptômes. Il est aussi possible qu'elles aient été contaminées après leur injection. Vous n'êtes pas immédiatement protégé après la première piqûre. Un tel vaccin a besoin d'un peu de temps pour induire une réponse immunitaire. Cela peut prendre dix jours. On s'attendait à ce que cela arrive. Et il n'est pas exclu que cela se produise dans d'autres maisons de repos."

Tous les résidents de la maison de repos doivent rester dans leur chambre. Les visites ont également été suspendues, le temps de reprendre le contrôle de l'épidémie. Ils recevront alors leur deuxième dose du vaccin. "Nous prévoyons une période d'environ deux semaines entre la guérison et le moment de la deuxième vaccination", indique Joris Moonens.